Technique et chantier

PAYSAGE Une observation évolutive

Mots clés : Aménagement paysager - Droit de l'environnement

L’Observatoire du paysage constitue une base de données photographiques. Créé lors du conseil des ministres du 22 novembre 1989, il fonctionne sous la responsabilité du ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement. Visant à définir les moyens susceptibles d’orienter favorablement l’évolution des espaces, il permet également d’analyser les raisons des transformations et de les anticiper.

Cette idée n’est pas nouvelle. La Datar avait ainsi réalisé un état photographique du paysage français dans les années 1980.

«Les photographes traquent les signes révélateurs des aspirations d’une société, mais aussi de ses dérives» , explique-t-on à l’Observatoire du paysage. Ce dernier fonctionne comme une banque de données et un fonds de photos se constitue progressivement. Les photographies ne sont pas uniques mais réunies en série. Les séries sont des successions de clichés effectués de façon systématique selon le même point de vue, à des intervalles réguliers. Des photographes de renom ont été associés à cette entreprise comme Raymond Depardon, John Davies, Thibaut Cuisset ou encore Anne-Marie Filaire. Les séries contemporaines de l’Observatoire résultent de l’association du ministère, d’un photographe et de partenaires locaux de l’identité desquels découle le périmètre ou l’itinéraire examiné (un canton, un département, un parc régional, une ville..).

Le Conseil en architecture, en urbanisme et en environnement (CAUE) des Hauts de Seine participe ainsi à l’Observatoire depuis 1995. «Au CAUE 92, nous avons monté un groupe de travail afin de donner des directives au photographe chargé des prises de vue», explique Vincent Lelièvre, architecte-urbaniste, conseiller au CAUE.

Le CAUE a ensuite élaboré des critères sur le choix des sites et pour la sélection finale des 40 clichés, puis a monté une exposition de ces clichés.

Pour ce qui est du financement, une convention est passée entre le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement et le CAUE, qui cofinance l’opération pour moitié.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X