Architecture et urbanisme

Paysage La Méridienne verte

Mots clés : Aménagement paysager - Collectivités locales - Espace vert

-La proposition de Paul Chemetov pour fêter l’an 2000 – une ligne verte d’arbres de 1200 km – a séduit d’emblée les collectivités locales. Reste à régler sa mise en oeuvre.

Parmi les propositions suscitées par la célébration de l’an 2000, la plus populaire est sans doute la « Méridienne verte » de Paul Chemetov, qui connaît un début de réalisation. L’idée : planter tout au long du méridien de Paris des milliers d’arbres (de 10 000 à 50 000) isolés ou groupés, choisis parmi les essences indigènes à grand développement : chênes, châtaigniers, oliviers, ifs… Le choix du méridien de Paris comme fil conducteur est hautement symbolique : la République naissante l’avait pris en 1799 pour référence de la mesure du temps, mais aussi de l’espace, puisqu’il permit d’établir le mètre étalon. L’idée de matérialiser sa ligne virtuelle qui traverse la France sur 1 200 km de Dunkerque à la Catalogne a d’emblée suscité l’adhésion des collectivités locales, d’autant qu’il sera doublé d’un sentier de grande randonnée. La ligne d’arbres traverse 8 régions, 20 départements et 336 communes, dont Amiens, Saint-Denis, Bourges, Carcassonne…

Reste la mise en oeuvre. Paul Chemetov réalisera la ligne en Ile-de-France. Mais il est aussi commissaire de l’opération et, à ce titre, coordonne les travaux des équipes de paysagistes responsables des autres régions (voir ci-dessous). Le relevé des propriétés cadastrales est en cours, et l’été 1998 a vu s’engager les réunions de concertation avec les communes et les propriétaires privés concernés par le tracé. Ceux-ci seront libres de planter ou pas, mais l’apport gratuit d’arbres de haute tige (2 500 à 3 000 francs pièce) peut faire réfléchir. Les pépiniéristes des départements traversés seront les premiers fournisseurs, mais pour certaines essences et selon les besoins, des appels d’offres pourraient être lancés dès cet automne en direction d’autres pépiniéristes, nationaux ou européens. Le budget total de l’opération est de 50 millions de francs pour 10 000 arbres, financé en trois tiers égaux par la Mission de célébration de l’an 2 000, les collectivités territoriales et des partenaires privés.

Par ailleurs, la Mission réfléchit déjà aux animations autour de cette ligne verte le 14 juillet de l’an 2000 : pique-nique géant, fêtes aériennes (cerfs-volants inclus) ou encore tir simultané de 336 feux d’artifices. De plus, Jean-Jacques Aillagon, président de la Mission, a demandé au concepteur de land-art Jacques Leclercq-K de réfléchir à un moyen de renforcer la visibilité de la méridienne lors de l’été 2 000. Sa proposition de semer un large « chemin » de coquelicots le long de la ligne arborée n’a pas été accueillie sans réserves par Paul Chemetov : « Au-delà des problèmes pratiques posés par le semis de ce que nos agriculteurs considèrent comme une mauvaise herbe, cette éphémère ..méridienne rouge » ne risque-t-elle pas de brouiller la perception de la méridienne verte qui mise, elle, sur la pérennité ? ».

En définitive, un accord a été trouvé fin juillet : les rubans colorés imaginés par Jacques Leclercq-K seront implantés de façon discontinue, sous la responsabilité des paysagistes chargés des secteurs. Ils ne feront plus exclusivement appel au coquelicot, mais à d’autres plantes à floraison estivale, certaines choisies par les partenaires locaux. Ainsi, le pastel a été élu par des communes du sud pour la prospérité que leur apporta jadis cette plante tinctoriale. C’est que, remarque-t-on à la Mission, la force d’attraction du projet est telle que chaque territoire traversé veut y apposer sa marque.

HUIT EQUIPES DE PAYSAGISTES

Nord-Pas-de-Calais : Sylvain Flipo et Eric Berlin. Picardie : Gilles Vexlard et Laurence Vacherot. Ile-de-France : Paul Chemetov. Centre : Claire et Michel Corajoud, Charles Dard. Limousin : Guillaume Geoffroy-Dechaume. Auvergne : Jacqueline Osty et Anne-Marie Destombes. Midi-Pyrénées : Michel Desvignes et Christine Dalnoky. Languedoc-Roussillon : Alain Marguerit, Christophe Debono et Olivier Thomas.

CARTE DE FRANCE : DE DUNKERQUE A LA CATALOGNE Une ligne d’arbres de haute tige reliant 20 départements et 336 communes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X