Annuel aménagement

Paysage d’îles jardinées et de passerelles

Mots clés : Aménagement paysager - Eau - Rénovation urbaine

Au cœur du nouveau quartier construit sur les anciens terrains des usines Renault, le parc du Trapèze s’étend tout en longueur en s’ouvrant sur la Seine. Il est conçu pour rétablir un lien entre la ville de Boulogne-Billancourt (92) et le fleuve, en dessinant un paysage fluctuant selon l’intensité des précipitations et des crues. Les paysagistes de l’agence TER ont cherché à évoquer à la fois l’histoire naturelle du site – l’aspect originel d’un méandre de la Seine – et industrielle – l’image d’une darse portuaire. La présence de l’eau donnera à voir une suite d’îles jardinées reliées par des passerelles et des zones en creux abritant des milieux plus ou moins humides (marais, sous-bois ou prairie humide, tourbière, gravière…) générant une grande biodiversité. La première tranche du parc (3,5 hectares sur 7) sera livrée à l’automne.

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Boulogne-Billancourt, Saem Val de Seine. Maîtrise d’œuvre : Agence TER (Helen Stokes, chef de projet), Setec, OGI, BET. Date de livraison : fin 2009.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

OLIVIER PHILIPPE, MICHEL HOESSLER ET HENRI SAVA, paysagistes, agence TER

« Les eaux pluviales propres (ne tombant pas sur les voiries) sont conduites par des noues dans un ouvrage enterré, à la fois stockage et décanteur. Puis elles alimentent deux bassins en eaux permanentes. En cas de pluies abondantes ou d’orage, l’eau des bassins se déverse dans les noues, formant des îles. Plus il pleut et plus le parc s’insularise. L’eau reste dans les noues jusqu’à son infiltration totale. En cas de forte crue de la Seine, c’est tout le parc qui s’inonde. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X