Actualité

PAYS DE LA LOIRE Trois priorités : transports, réseaux et maillage des villes

Mots clés : Elections - Télécommunications - Transports

« Le plan régional stratégique, ce sont des infrastructures non seulement de transports, mais aussi de télécommunications », prévenait François Fillon, tête de liste UMP à cette élection régionale des Pays de la Loire. Il présentait son plan stratégique régional alors qu’il était président de région, lors d’une manifestation « Moniteur ». Le principe du développement est simple : l’ouest est excentré par rapport à l’axe économique centre européen, mais la région bénéficie, avec la Bretagne, d’un maillage exceptionnel de villes moyennes dont aucune n’écrase l’autre. Le réseau ouest ce sont bien sûr des routes et le haut débit dans tous les établissements scolaires de la région, mais aussi une foule de structures comme Ouest Atlantique (prospection économique), le réseau haut débit Mégalis, mené en commun avec la région Bretagne, etc. Bref, la région ligérienne jouit d’une progression démographique ( + 5 %) et de PIB nettement supérieurs à la moyenne nationale ( + 50 % en dix ans).

L’enjeu pour la gauche menée notamment par le maire de La Roche-sur-Yon, Jacques Auxiette, sera de faire valoir la fameuse fracture – pas seulement numérique – entre territoires. La résorption passe par l’harmonisation des aides à la formation professionnelle et la nécessité de transports cohérents dans une région reconstruite au fil de l’histoire. Le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne exacerbe toujours les sensibilités locales. La préfecture de Vendée, comme le nord Sarthe et la Mayenne – dont le sénateur Jean Arthuis sera tête de liste UDF – se sentent encore enclavées (absence de lignes électrifiées ou d’autoroutes). Pourtant, la concentration des emplois stratégiques dans les grandes agglomérations ne s’est pas faite au détriment du tissu régional : les villes moyennes sont autant de bassins d’emplois qui accueillent, entre autres, de grands noms du BTP. « La région se classe en 2003 en tête des régions pour les créations d’emploi », assure son président sortant UMP, Jean-Luc Harousseau, qui rejoue le ticket « à deux têtes » sur la liste menée par François Fillon.

Budget primitif : 828 millions d’euros

Investissements : 278 millions d’euros

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X