Réalisation CAEN (Calvados)

Pavés en béton de coquillages à l’essai

Mots clés : Béton - Établissements de soins - Innovations

L’agrandissement du campus de l’École supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction de Caen a créé l’occasion de mettre en œuvre une innovation de son laboratoire de recherche : un écomatériau valorisant les déchets coquilliers.

Pour démontrer les propriétés drainantes des déchets de coquillage, l’École supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen, en Normandie, a trouvé le chantier idéal : l’extension de ses locaux, inaugurée en septembre dernier en présence des élus locaux et des acteurs de la profession. Le réaménagement des espaces extérieurs a déroulé le programme suivant : création d’une noue pour la récupération des eaux de ruissellement, plantation d’une haie paysagère et réalisation d’un nouveau parking dont une partie utilise des écopavés drainants fabriqués à partir de déchets coquilliers. Cet écomatériau est issu des travaux menés par le laboratoire de recherche de l’école, dans le cadre d’un projet baptisé « Vecop ». Comme les pavés en béton classiques, les écopavés se composent de quatre éléments : coquilles finement broyées (en remplacement du sable), coquilles grossièrement concassées (en lieu et place du gravier), ciment et eau. Deux ans d’essais ont été nécessaires pour trouver les granulométries et les proportions ad hoc. Cette solution technique permet non seulement de répondre à la nécessité de réduire l’impact de la fabrication des matériaux de construction sur les ressources naturelles, mais aussi de gérer l’infiltration des eaux pluviales à la parcelle pour limiter les risques d’inondation et de valoriser des déchets coquilliers...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 398 du 14/04/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X