Autres

Patrick Bernasconi, le dialogue à plein tube

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier - Travaux publics

Le canalisateur s’est hissé à la tête du Cese grâce à sa capacité à fédérer.

En bras de chemise et l’œil rieur, Patrick Bernasconi offre un contraste saisissant avec son nouveau bureau, niché au cœur de l’austère cathédrale de béton du palais d’Iéna (Paris XVIe). Mais pour celui que son entourage décrit volontiers comme un fédérateur, l’accession à la présidence du Conseil économique, social et environnemental (Cese), début décembre, est l’aboutissement d’une carrière fondée sur le dialogue.

En deux ans, l’ancien président de la FNTP et vice-président du Medef a su rallier le patronat et une large majorité des syndicats de salariés et des associations représentées au Cese autour de son projet de refonte de cette assemblée consultative. Un véritable tour de force, selon de nombreux observateurs.
« Il voit ce qui rapproche les gens plutôt que ce qui les oppose. C’est sa marque de fabrique », explique Bruno Cavagné, qui lui a succédé à la tête de la FNTP en 2013. « Je doute énormément et je n’ai pas la science infuse sur tous les sujets. J’écoute donc beaucoup pour me forger une conviction, précise Patrick Bernasconi. Les interlocuteurs se retrouvent alors dans votre proposition. Parfois, ça part dans tous les sens. Il faut canaliser et bâtir le projet. C’est ce que je sais faire. »
Dès ses premiers pas aux manettes de l’entreprise familiale de canalisations dans la Manche, en 1985, Patrick Bernasconi fédère autour de lui les entrepreneurs locaux pour inciter le département à augmenter ses investissements dans l’entretien de ses canalisations. L’opération atteint son objectif et, grâce à sa capacité à rassembler, le patron de PME est repéré puis courtisé par les instances patronales parisiennes.
Président de l’organisation patronale Canalisateurs de France de 1996 à 2004, il est élu à la tête de la FNTP en 2005. Son bilan après trois mandats – sa « plus grande fierté » – est unanimement salué par le secteur. « Il a modernisé le dialogue social. Et tous les entrepreneurs de travaux publics se sont identifiés à lui. Du plus petit au plus grand », estime Bruno Cavagné. Même les syndicats apprécient ses méthodes. « Il respecte ses interlocuteurs, les écoute et instaure une réelle confiance, se souvient Eric Aubin, ancien secrétaire général de la fédération construction de la CGT. Mais il était limité par les courants internes du Medef. »

Le rebond après l’échec.

Peu après son élection à la tête de la FNTP, Patrick Bernasconi a en effet rejoint l’organisation patronale, où il a mené de grandes négociations nationales comme celle sur la loi de sécurisation de l’emploi. « J’y ai créé des liens forts avec le monde syndical, ce qui m’a valu qu’on me propose plus tard de porter un projet de renouveau pour le Cese ». Mais son attrait pour le dialogue social conduira aussi sa candidature à la présidence du Medef à l’échec, en 2013. « Clairement, l’idée du consensus n’est pas passée, reconnaît Patrick Bernasconi. Pierre Gattaz avait bien senti les choses. Son programme d’homme de combat est entré en résonance avec les chefs d’entreprises. »

Pour celui qui fonde sa méthode sur la compréhension des problématiques rencontrées par les entrepreneurs sur le terrain, l’échec est douloureux. Mais il rebondit rapidement et se lance dans sa campagne pour conquérir le Cese, dont il est déjà membre. « L’idée du construire ensemble est sûrement plus attendue au Cese aujourd’hui qu’au Medef à l’époque. Les Français aspirent au consensus », assure-t-il.
Le 12 janvier, Patrick Bernasconi a présidé sa première plénière au Cese. Et il n’était pas dépaysé dans cette nef de béton : jusqu’en 1955, le palais d’Iéna abritait le musée national des Travaux publics.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Ses 5 dates clés

1985 : reprise de la PME familiale de canalisations, dans la Manche.
1996 : élection à la présidence du syndicat Canalisateurs de France.
2005 : élection à la présidence de la FNTP.
2013 : conclusion pour le Medef de l’accord sur la loi de sécurisation de l’emploi.
Décembre 2015 : élection à la présidence du Cese après deux ans de campagne.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X