Réalisations

Pascale Guédot Médiathèque Bourg-la-Reine

Mots clés : Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives - Manifestations culturelles - Produits et matériaux

Ancrée à l’intersection de deux rues du centre-ville, la médiathèque François-Villon joue sur l’opposition entre ses façades épaisses et opaques en pierre de Vals et ses deux salles de lecture baignées de lumière naturelle provenant de percements généreux.

Depuis la gare RER de Bourg-la-Reine, au sud de Paris, l’accès à la médiathèque est simple : c’est tout droit sur le boulevard Carnot, après l’église néoclassique qui affiche fièrement ses colonnes, et en face du conservatoire de musique des années 1980 qui affiche non moins fièrement son carrelage en façade. Pour le reste, en frange de ce qui constitue le centre-ville, l’environnement proche est déjà quasi pavillonnaire. Une médiathèque est bien sûr un équipement culturel, mais plus seulement. C’est aussi un lieu de vie, aux usages diversifiés, qui accueille avec bienveillance tous les publics, à toute heure du jour. « On a même tendance à supprimer des rayonnages de livres pour augmenter les surfaces où l’on peut s’asseoir librement », explique Pascale Guédot, qui a reçu l’Équerre d’argent en 2010 avec le même type de programme, mais sur un tout autre site, en encorbellement sur la vallée du gave d’Oloron, dans les Pyrénées.

Cette double fonction, culturelle et sociale, est affirmée ici par une certaine noblesse de l’édifice public mais qui évite tout effet intimidant. Une apparente contradiction, résolue par un jeu d’opposition entre ouverture et opacité. Côté...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 242 du 18/05/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X