Régions

Pas-de-Calais Feu vert à la fusion Sepac-Artois Développement

Mots clés : Collectivités locales - Economie mixte

Le conseil général du Pas-de-Calais a donné son feu vert à la fusion-absorption, avant le 31 décembre, de la SEM départementale Sepac par Artois Développement, la SEM du bassin minier. Avec 1 milliard d’euros de contrats signés et 85 salariés, le nouvel ensemble se situera parmi les premières SEM françaises généralistes. Le conseil général, qui détient 62,59 % de la Sepac, aura une participation de 10 % maximum dans la nouvelle entité, dont le conseil régional sera aussi actionnaire aux côtés des collectivités locales et des banques. A l’actif de la Sepac, de grandes réalisations comme Nausicaa à Boulogne ou le musée de la Dentelle qui sera bientôt inauguré à Calais. L’ancien directeur de la Sepac, Diego Martinez, aurait souhaité privatiser l’outil départemental, un projet qui a fait long feu.

Aménagement, construction…

La Sepac apporte à l’ensemble un carnet de commandes de 230 millions d’euros, 22 salariés et une présence dans l’aménagement de zones d’activités du Pas-de-Calais et du Nord (Douaisis). Lancé il y a 25 ans comme outil de développement de la Ville de Liévin, Artois Développement (63 salariés) a un portefeuille de 780 millions de contrats. La SEM s’est étendue sur le territoire de l’agglomération de Lens-Liévin, puis d’Hénin-Carvin, s’intéressant aussi bien à la rénovation urbaine, au développement économique (avec la construction récente de bâtiments tertiaires) et aux grands projets comme l’extension-réhabilitation du stade couvert de Liévin ou la maîtrise d’ouvrage déléguée du Louvre-Lens. Son directeur, Bruno Fouquart, dirigera le nouvel ensemble, grand outil public qu’il a fait ainsi émerger.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X