Régions

Paris Le quartier Saint-Blaise se transforme

Mots clés : Rénovation urbaine

Après deux réunions publiques et une exposition, le Grand projet de renouvellement urbain (GPRU) du quartier Saint-Blaise (Paris-XXe) prend ses marques. Comptant 53 % de logements sociaux, ce quartier, situé dans un triangle formé du boulevard Davout et de la rue Saint-Blaise, inclut les squares Vitruve et des Cardeurs. « Complexe et imbriqué, le quartier est l’un des plus denses d’Europe », résume Antoine Grumbach (Grumbach & Associés). Un urbanisme de dalle des années 1970-1980 avec deux tours de vingt étages, en bon état, sur l’ancien village de Charonne. Cette opération poursuit un objectif essentiel, selon Jacques Baudrier, adjoint au maire du XXe arrondissement chargé de l’urbanisme : « Désenclaver le quartier, le faire respirer, lui redonner ses fonctions essentielles : mieux y habiter et travailler, activer services publics et commerces. »

Création de voies nouvelles

Une solution en trois volets. Premier volet : percer deux voies nouvelles pour découper l’îlot. Une première voie dans la continuité de la rue du Clos pour rejoindre le boulevard Davout, là où sera installée la future station du tramway en 2012. D’où un effet de levier sur l’urbanisme du quartier. « Cela exige la démolition de deux travées du 49, rue Saint-Blaise (10 logements) et la démolition d’une crèche inadaptée donnant sur le boulevard Davout, et une entrée de parking, reconstruite le long de cette nouvelle voie : soixante berceaux au lieu de quarante », précise Jacques Baudrier. D’autre part, dans le prolongement de la rue des Balkans, une autre voie est créée, formant une perpendiculaire avec la première. Une des deux barres du square Vitruve (40 logements) sera démolie.

Cité artisanale

Pour réformer ce quartier conçu à l’origine autour de grands parkings (aujourd’hui la plupart ­vides), le deuxième volet du projet tire parti de ces espaces sur dalle en créant une cité artisanale. « Des immeubles industriels, éclairés par la lumière du jour, branchés (à R–1) sur ces parkings souterrains, et dotés de grands espaces grâce à une hauteur de quatre mètres sur dalle », décrit Antoine Grumbach. Avantages : en conservant des ­parkings pour les habitants, produire de l’activité et organiser le rapport entre la dalle haute (Davout), le square des Cardeurs et la rue des Balkans. Troisième volet, le projet propose de créer une continuité résidentielle et commerciale sur la rue Saint-Blaise en installant des commerces et des logements dans les arcades vides.

Le relogement des familles se poursuit jusqu’à la mi-2009. Le chantier devrait débuter mi-2009 en commençant avec le percement de la rue du Clos prolongée. Tout devrait être terminé en 2014. Montant estimé de l’opération : 10 à 12 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X