Territoires

Paris Le logement intermédiaire entre en scène

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Il existe désormais pour se loger à Paris une alternative au parc social et au parc privé : le logement intermédiaire. Au 183 bis-ter de l’avenue de Clichy, dans le XVIIe arrondissement, s’élève sur 8 étages un immeuble dessiné par un trio d’équipes d’architectes (Toa, Aasb et Maast), qui comprend trois commerces et 107 de ces nouveaux types de logements.

D’une surface allant de 30 à 96 m2, ces appartements sont loués environ 15 % en dessous du prix du marché (soit jusqu’à 18,40 euros/m2, contre 25 euros/m2 en moyenne dans le secteur) à des ménages dont les revenus n’excèdent pas les plafonds de ressources associés au dispositif Pinel (54 554 euros pour un couple en zone A). De nombreuses administrations ont d’ores et déjà réservé des appartements pour loger les fonctionnaires qui seront appelés à travailler dans le quartier, notamment ceux de la Direction régionale de la police judiciaire.

Opération expérimentale.

Lancée dès 2009, bien avant l’entrée en vigueur de la loi Alur régissant le logement intermédiaire, cette opération fait figure de précurseur. « C’est en effet une des opérations expérimentales à partir desquelles nous avons testé et démontré les conditions de lancement d’un programme industriel de logements intermédiaires, financé dans des conditions de rentabilité normales par des investisseurs institutionnels », a expliqué, lors de l’inauguration de l’immeuble le 22 juillet, André Yché, président de la Société nationale immobilière (SNI) qui a en charge le développement du logement intermédiaire. « Pour nous, c’est quelque chose comme le premier vol d’essai du prototype du Rafale ! »

La réussite de ce projet est de bon augure pour les futures opérations à venir à Paris : 86 logements sur la ZAC Claude-Bernard dans le XIXe arrondissement (livraison prévue à la fin 2015) et 60 logements issus de la transformation de bureaux boulevard Macdonald (prévus pour la fin 2016). Ce nouvel immeuble pourrait être le mètre étalon pour les futures opérations. La SNI compte produire 35 000 logements intermédiaires d’ici à 2019 dans toute la France.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X