Régions

Paris La Ville dépose un recours contre le projet CDG Express

Mots clés : Réseau routier - Transport aérien

La Ville de Paris vient de déférer au tribunal administratif la déclaration d’utilité publique du projet CDG Express, considérant que « celle-ci ne prend pas en compte la réserve de la commission d’enquête publique demandant l’enfouissement de la liaison au niveau de la porte de la Chapelle ».

En février dernier, la municipalité avait déjà déposé un recours gracieux (l’arrêté interpréfectoral déclarant le projet d’utilité publique date du 19 décembre 2008) à la suite duquel, explique-t-elle, l’Etat n’a pas formulé de nouvelle proposition intégrant les impératifs d’intégration urbaine et de développement durable.

Le tracé actuel de cette liaison directe de 32 km entre la gare de l’Est et l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle emprunte des viaducs ferroviaires existants, implantés dans la zone d’aménagement Paris-Nord Est où de nombreuses constructions de logements sont prévues.

Surcoût

Favorable à la réalisation de ce projet « mais dans de bonnes conditions », la Ville se dit prête à cofinancer les études techniques nécessaires et à signer avec l’Etat un protocole dans ce sens, précisant qu’elle retirerait son recours dès qu’un accord avec l’Etat serait trouvé. Selon la Ville, le surcoût lié à l’enfouissement de CDG Express avoisinerait les 90 millions d’euros, à ajouter au coût des infrastructures estimé à 600 millions. Ce recours intervient alors que Vinci Concessions, seul opérateur encore en lice dans le cadre de la mise en concession de CDG Express, n’a toujours pas remis son offre au gouvernement.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X