Annuel immobilier

Paris Ier La Samaritaine revitalisée

Mots clés : Centre commercial - Enfance et famille - Magasin

A l’issue de sa transformation, en 2019, l’ancien grand magasin de la rue de Rivoli proposera des nouveautés dans ses rayons, dont habitat, bureaux et petite enfance.

Désertée depuis dix ans après la fermeture de ses magasins, La Samaritaine vient de lancer le chantier qui la transformera, d’ici à 2019, en une oasis de vie en plein cœur de Paris (Ier). La directrice générale, Marie-Lise Antonios, ambitionne de « créer une ville dans la ville » sur l’îlot urbain bordé par le quai du Louvre et les rues de Rivoli, de la Monnaie et de l’Arbre-Sec. Grâce à une révision du plan local d’urbanisme en 2009, l’ancien grand magasin, racheté par le groupe LVMH, peut désormais accueillir de nouveaux usages. Le programme, qui s’étend sur une surface utile de 70 000 m², comprend des commerces (30 000 m²), des bureaux (15 000 m²), 96 logements sociaux (revendus à Paris Habitat), une crèche associative de 80 berceaux, un hôtel 5 étoiles de 72 chambres et suites, ainsi que plusieurs restaurants. Derrière ces chiffres, la directrice générale de La Samaritaine imagine surtout « une vie permanente du quartier ». En semaine, les 250 habitants pourront croiser les 900 salariés des bureaux, les 20 000 visiteurs par jour des commerces, les dizaines de parents venus déposer leurs enfants à la crèche ou encore la clientèle du palace Cheval blanc.

Programmes imbriqués. Depuis 2010, date du choix du projet architectural proposé par l’agence japonaise Sanaa, une centaine de maîtres d’œuvre planchent sur cette opération complexe de réhabilitation et d’extension (voir fiche technique). Le montant des honoraires, ainsi que des travaux réalisés par l’entreprise Vinci, est estimé à environ 450 millions d’euros. Le principal défi à relever est celui d’imbriquer les différents programmes dans des bâtiments d’époques diverses, pour la plupart inscrits à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques. « Nous avons localisé chaque activité en fonction de l’architecture et du contexte urbain », précise Marie-Lise Antonios. Ainsi, les immeubles d’habitation datant du XVIIe siècle, situés au calme sur la rue de l’Arbre-Sec, demeureront des logements. Les plateaux commerciaux des anciens grands magasins Art nouveau de Frantz Jourdain, rue de la Monnaie, continueront d’être des espaces de vente. Mais certains niveaux élevés accueilleront des plateaux de bureaux. Il en est de même dans le nouvel édifice de verre et d’acier signé Sanaa, du côté de la très animée rue de Rivoli. A l’opposé, quai du Louvre, l’immeuble Art déco d’Henri Sauvage, redécoré par Peter Marino, offrira de luxueuses chambres avec vue sur la Seine. Pour reprendre un mémorable slogan publicitaire des années 1960 : « On trouvera tout à La Samaritaine ! »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

250 habitants

900 salariés

20 000 visiteurs par jour

70 000 m² de surface utile

450 millionsd’euros de travaux et d’honoraires de maîtrise d’œuvre

ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Les Grands Magasins de la Samaritaine. Architectes : Sanaa, concepteur du projet d’ensemble ; François Brugel, logements et crèche ; Edouard François/OAL, hôtel ; Jean-François Lagneau, architecte en chef des monuments historiques ; SRA Architectes, architecte d’opération ; Egis Bâtiments Management, coordonnateur des études de conception et maître d’œuvre d’exécution. BET : Barbanel (fluides), RFR (façades et verrières), Acoustique et Conseil SA (acoustique), AEDIS Ingénierie (gros œuvre bâtiments Jourdain), Egis Structure (gros œuvre bâtiments Rivoli), Le Sommer Environnement (environnement), Cogito Ergo Sum (accessibilité), Ecerp (VRD).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X