Territoires

Paris 51 millions sur cinq ans pour éco-rénover les copropriétés

Mots clés : Gestion immobilière

Paris compte 47 000 copropriétés, qui représentent 75 % des logements parisiens. Plus de 90 % d’entre elles ont été construites avant la première réglementation thermique de 1974. Pour la première fois, toutes celles qui désirent réfléchir à un projet de rénovation le plus global possible sont éligibles à un programme d’accompagnement de leur projet : « Eco-rénovons Paris – objectif 1 000 immeubles ». Cette initiative, lancée le 12 mai par Célia Blauel et Ian Brossat, adjoints à la maire de Paris, chargés respectivement de l’Environnement et du Logement, constitue la plus grande opération de rénovation thermique de logements privés en France. Elle s’inscrit dans le prolongement du programme d’actions mis en œuvre par la municipalité depuis l’adoption de son plan Climat en 2007 (voir encadré). S’échelonnant sur cinq ans, elle va accélérer la rénovation énergétique et environnementale des immeubles d’habitation sur l’ensemble du territoire parisien. « Eco-rénovons Paris » compte ainsi allier la performance énergétique avec des projets de végétalisation et de surélévation. Sur les 1 000 copropriétés que le plan vise à accompagner pour la rénovation thermique, 500 devraient aussi l’être pour un projet de végétalisation et/ou d’agriculture urbaine et 10 % d’entre elles auraient un potentiel de surélévation.

Lutter contre la précarité énergétique.

« 51 millions d’euros seront consacrés à Eco-rénovons Paris, a annoncé Célia Blauel, lors de la présentation de l’opération. 35,2 millions d’euros seront apportés par la Ville et 16 millions par l’Anah. Isolation, lutte contre la précarité énergétique, réduction de la pollution de l’air et limitation des gaz à effet de serre, l’impact sera majeur pour les Parisiens. » Selon la municipalité, ce volume d’aides pourrait générer 90 millions d’euros d’investissements. Sur les 1 000 immeubles, 300 devraient engager des travaux de rénovation thermique d’ici à 2020 et 150 mettre en œuvre un projet de végétalisation. Concrètement, chacune des copropriétés sélectionnées après un appel à candidatures (1), ouvert jusqu’au 31 octobre sur le site ecorenovonsparis.fr, sera accompagnée par un conseiller « écorénovation ». Le dispositif s’appuie sur l’Agence parisienne du climat (APC), guichet unique d’information pour les copropriétaires et, sur le terrain, sur Soliha et Urbanis, qui constitueront trois équipes de conseillers territorialisées, chargées d’assister les copropriétaires, du montage du projet à l’obtention des aides financières existantes.

Les syndicats de copropriétaires pourront ainsi bénéficier d’une subvention à l’audit énergétique et architectural. Par ailleurs, une nouvelle aide « performancielle » est créée pour les projets permettant un gain énergétique minimum de 15 % : elle variera de 10 à 30 % pour des travaux par lots compris entre 5 000 et 25 000 euros. Deux critères seront examinés pour l’octroi de ces aides : la part des propriétaires occupants éligibles à l’Anah (niveau de référence : 20 %) et le niveau de loyer pratiqué par les propriétaires bailleurs. Des aides complémentaires pourront être proposées pour des réalisations ambitieuses prenant en compte la végétalisation, la gestion des déchets, les énergies renouvelables, les matériaux biosourcés. La Ville financera aussi les études de faisabilité des projets de surélévation. « Il est important que la filière soit au rendez-vous avec une offre structurée et en phase avec la demande », a insisté Anne Girault, directrice de l’APC, dont le rôle est aussi de mobiliser les professionnels. Un rendez-vous important pour eux aussi car « un potentiel de 2 500 emplois est à la clef », a rappelé Ian Brossat. « Aujourd’hui, la phrase qui court c’est “ il faut planifier la transition énergétique ”. Nous à Paris, nous entrons d’ores et déjà dans l’action », a conclu Célia Blauel.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Les actions mises en place depuis 2008

Dans la foulée de l’adoption de son plan Climat, en 2007, la Ville de Paris a mis en place des dispositifs pour inciter les copropriétés privées à effectuer des travaux de rénovation énergétique. En 2008, elle a lancé le dispositif COC (Copropriétés : objectif climat !) ; en 2009, l’opération d’amélioration thermique des bâtiments (OPATB) du XIIIe arrondissement, ciblée sur les immeubles construits entre 1940 et 1981 ; en 2012, l’opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) Développement durable et économies d’énergie (2D2E) centrée sur le quartier République et le bâti ancien d’avant 1914 ; et en 2014, l’OPATB du XIXe arrondissement, qui couvre tout l’arrondissement et concerne tous les immeubles, quelle que soit leur date de construction. « Ce nouveau plan est lancé dans une période où nous sommes arrivés à maturité dans la mise en œuvre de procédés adaptés à l’habitat ancien à Paris », conclut Marianne Beck, directrice de Soliha.

(1) Deux autres appels à candidature seront lancés en 2017 et 2018.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X