Edito

Parasites des campagnes

Le recours à un architecte ou à un paysagiste concepteur pour les lotissements sera-t-il bientôt obligatoire ? Députés et sénateurs n’ont pas encore réussi à s’entendre pour confier à ces concepteurs le projet architectural, paysager et environnemental du permis d’aménager. Il faut maintenant trancher. Pour les uns, le projet de loi Liberté de création, architecture et patrimoine est l’occasion d’imposer la qualité au quotidien. Pour les autres, les paysages urbains et ruraux ne sont sans doute pas un facteur de développement économique suffisant pour qu’on en confie la maîtrise exclusive à ces professionnels.
Pourtant, nous ne cessons de nous alarmer de l’abandon de nos territoires ruraux. Parce que notre avenir est surtout citadin, tous les efforts se concentrent aujourd’hui sur la densification des villes. Tant mieux pour la transition énergétique. Cette nouvelle intensité urbaine promeut l’avènement des mobilités douces, des quartiers à énergie positive et d’un nouveau bien-être en ville. Nous voilà rassurés. Mais quel avenir offrons-nous à nos campagnes ?
Les lotissements et zones d’activités sont un désastre, affirme cette semaine Catherine Jacquot, présidente de l’Ordre des architectes, sur LeMoniteur.fr. Ils ignorent l’enjeu économique de l’attractivité des paysages et du patrimoine de nos villages. Peut-on sortir de leur modèle actuel qui en fait des parasites des campagnes ? Il faudra sans doute beaucoup d’architectes et de paysagistes pour y parvenir. De volonté politique aussi pour passer de l’aménagement monofonctionnel au projet urbain et paysager. Mais réduire cette question à un débat sur l’octroi d’un monopole affairiste à confier à telle ou telle profession et à des interventions purement esthétisantes, paralyse la créativité dont nous avons tant besoin pour sortir d’un aménagement obsolète des territoires.
« Les villes sont devenues laides », affirme l’artiste Daniel Buren cette semaine dans nos pages (lire p. 62). Et nos campagnes ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X