Edito

PARADOXES

La notion d’hébergement d’urgence semblait se poser avec moins d’acuité depuis l’après-guerre et la reconstruction, malgré la crise et les sans-abri toujours présents dans le paysage urbain. Mais deux phénomènes récents la remettent brutalement au premier plan : les migrants fuyant les guerres, les dictatures ou la misère du sud et de l’est de la Méditerranée, et le changement climatique, qui intensifie la fréquence et l’intensité des ouragans, comme en ont témoigné à la fin de l’été Harvey, Irma, José et Maria, tous dévastant les îles Caraïbes. Convoquant le souvenir des pavillons modulaires montables en quelques heures conçus par Jean Prouvé –La Maison pour les sinistrés de Lorraine, en 1944, ou La Maison des jours meilleurs répondant à l’appel de l’abbé Pierre en 1954 -, des architectes proposent aujourd’hui des solutions...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 263 du 16/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X