Territoires

Pantin Rénovation énergétique d’un bâtiment emblématique

Mots clés : Efficacité énergétique

A Pantin, à l’entrée ouest de la ville, en bordure du périphérique, Coopération et Famille (groupe Logement Français) lance les travaux de rénovation énergétique d’un immeuble en briques de 290 logements. Un projet peu banal à bien des égards. La maîtrise d’œuvre de l’opération a été confiée à Paul Chemetov, l’un des concepteurs, en 1981, avec les autres architectes de l’AUA (Christian Devillers, Valentin Fabre et Jean Perrottet) de ce bâtiment monumental, emblématique du patrimoine du XXe siècle. A l’époque, Paul Chemetov avait eu recours à un procédé expérimental : le mur BY de Bouygues. « Les briques auraient dû reposer sur une bavette en aluminium ou en zinc. Malheureusement, les bavettes utilisées pour la construction de ce bâtiment sont en PVC. Elles se sont détériorées, provoquant des fissures qui ont laissé pénétrer l’eau et les murs pourraient avoir tendance à glisser », explique Frank Bécué, directeur technique de Coopération et Famille. Ensuite, le maître d’ouvrage a souhaité garder les entreprises (Rossi, Arblade, Verre et Métal) désignées pour la mise en œuvre d’un premier projet, initié il y a dix ans. Mais la proposition d’envelopper l’immeuble d’un bardage en tôle aluminium grise n’a pas reçu l’aval de Paul Chemetov. Enfin, les travaux, d’un montant de 9 millions d’euros, sont presque entièrement financés par le bailleur social (96 %). « Les 4 % restants proviennent d’une subvention Palulos accordée au démarrage de l’opération et que l’Etat a accepté de ne pas annuler », ajoute Franck Bécué.

Poutrelles métalliques.

« La mise au point de ce projet de rénovation a été assez longue, décrit Paul Chemetov. Il est techniquement complexe et il a fallu le rendre économiquement et esthétiquement acceptable. » Solution retenue : la pose de poutrelles métalliques extérieures pour renforcer les façades sur lesquelles sera fixé un isolant recouvert d’un bardage en tôle ondulée de couleur brique. Ces travaux complètent ceux réalisés par Coopération et Famille entre 2007 et 2012 (réfection de l’étanchéité des toitures-terrasses, remplacement des menuiseries extérieures…). A l’issue de ce chantier de seize mois, la performance énergétique du bâtiment devrait passer de l’étiquette E à C, soit une amélioration de près de 40 %.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X