Dossier Pathologie

Panorama des désordres liés à la ventilation

Mots clés : Pollution sonore - Qualité de l'eau, de l'air et du sol

Pertes de performances, surconsommation, gêne acoustique et enfin, ou surtout, qualité de l’air – un objectif prioritaire -, les défauts de conception et/ou de mise en œuvre des systèmes de ventilation ne sont pas rares. Mais les solutions le sont tout autant.

Dans une construction dont l’isolation est la plus performante possible, la ventilation est un élément doublement stratégique. D’une part, elle commande le renouvellement de l’air, indispensable au confort intérieur. D’autre part, elle joue un rôle essentiel dans l’équilibre des performances énergétiques. Mal réglée, elle provoquera, parmi des effets multiples, une mauvaise qualité de l’air (trop de CO2) ou des déséquilibres hygrométriques (aux effets directs de condensation et de développement de moisissures). Elle peut être à l’origine de surconsommations énergétiques comme à la source d’inconforts liés à l’acoustique ou à la circulation de l’air.

Sa conception comme sa mise en œuvre ne supporte que peu d’imperfections, au risque d’une contre-productivité d’autant plus dommageable que la performance finale (thermique, énergétique, de qualité de l’air et de confort) est l’objectif du bâtiment BBC RT 2012.
Le rapport « Retours d’expériences (REX) Bâtiments performants & Risques » d’octobre 2014, publié dans le cadre du Programme RAGE, et établi à partir d’enquêtes menées par l’Agence Qualité Construction (AQC) permet de dresser un panorama assez représentatif des désordres et de leurs causes. Si certains d’entre eux se retrouvent aussi bien dans le simple que le double flux, d’autres sont plus spécifiques au second, plus complexe et plus délicat à mettre en œuvre.

Circulation de l’air

La qualité de l’air, d’abord, souffrira en raison de tout ce qui pourrait en gêner la circulation. Il ne s’agit d’ailleurs pas forcément d’erreurs dans l’installation de la ventilation elle-même. C’est ainsi que le choix et la nature des portes entre pièces a son importance. Si ces portes ne sont pas détalonnées ou si, globalement, la circulation de l’air a été mal pensée, le taux de renouvellement en sera sensiblement abaissé.
De la même façon, les portes acoustiques rendent impossible le détalonnage. Dans le premier cas, ce dernier doit être prévu. Mais il est aussi possible de répondre aux deux configurations en utilisant des grilles de transfert acoustique dans les portes ou au bas des...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 351 du 17/05/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X