Régions

PACA La ligne à grande vitesse en plein brouillard

Prévue le 13 octobre, la réunion au cours de laquelle RFF aurait dû présenter ses propositions de tracé pour la future LGV Paca a été annulée. « Problème d’agenda », a expliqué la préfecture de région pour justifier ce nouveau report, qui intervient au moment où la plus grande confusion règne chez les cofinanceurs de ce projet dont le coût pourrait dépasser les 3 milliards d’euros. Après s’être rallié, sous conditions, au scénario soutenu par le préfet (passage de la ligne par la gare TGV d’Aix-en-Provence, puis par le sillon de l’A8, via le centre Var), le maire de Marseille se déclare désormais favorable au seul tracé « des métropoles » c’est-à-dire à un passage par Marseille et Toulon. Une nouvelle posture qui replace Jean-Claude Gaudin aux côtés du conseil général des Bouches-du-Rhône et de la communauté urbaine MPM, qui refusent de financer tout projet évitant Marseille. Le maire d’Aix-en-Provence et le président du conseil général du Var campent sur leur opposition au tracé du centre Var, tandis que le maire de Toulon (par ailleurs ministre de l’Aménagement du territoire) se déclare en phase de réflexion sur le sujet. Enfin, le président de la région Paca réclame « une réunion de crise » alors que le maire de Nice exige « une décision avant le 31 décembre ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X