Technique et chantier

Ouvrages d’art A La Réunion, la route des Tamarins entre en service

Mots clés : Entreprise du BTP - Réseau routier

Le 23 juin, à La Réunion, sera ouverte à la circulation la route des Tamarins. Cette voie express étire sur 33,7 km ses 2 x 2 voies (excepté une section de 2 x 3 voies de 6 km) à mi-hauteur des pentes ouest de l’île volcanique. Comprenant 120 ouvrages d’art, dont quatre viaducs exceptionnels, 23 ouvrages d’art non courants, un tunnel et deux tranchées couvertes, ce chantier restera dans les annales de l’île comme l’un de ses plus complexes et importants projets. Il restera aussi dans les mémoires des concepteurs et constructeurs qui auront pu y laisser s’exprimer leur inventivité. Car les conditions étaient pour le moins extraordinaires : plus de cent ravines souvent abruptes et profondes (jusqu’à 170 m pour la Grande Ravine), à la géologie volcanique peu favorable, à franchir par autant d’ouvrages d’art. Des écosystèmes variés et exotiques à protéger tout au long du chantier. Ou encore des saisons cycloniques dimensionnantes. On le comprend aisément : la grande majorité des acteurs du chantier n’avaient jamais travaillé dans un tel environnement. Après des retards au démarrage, notamment du fait d’appels d’offres infructueux et de recours, l’opération ne bat réellement son plein qu’à partir de mi-2005. Des dizaines de chantiers se déroulent alors simultanément sur tout le linéaire : terrassements, fondations, construction de piles et de tabliers, le site n’est plus qu’une immense fourmillière où s’activent les engins et plus de 1 500 travailleurs.

La route est finie ? Vive le tram-train !

« Les embouteillages légendaires, qui mettent Saint-Louis à 1 h 30 de Saint-Paul aux heures de pointe ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir », se réjouit Jean-Louis Cariou, directeur de l’opération pour la région. En absorbant un trafic de 60 000 véhicules par jour à l’ouverture sur la partie 2 x 3 voies, et de 30 000 à 40 000 sur la partie 2 x 2, ce tronçon permettra d’effectuer ce même parcours en trente minutes ! » Un rapprochement temporel du Nord – poumon économique de La Réunion – et du Sud, favorable au développement de tout l’ouest de l’île. Si les majors français étaient présents sur le chantier, l’ensemble du BTP réunionnais a pu profiter de la manne de travail importante qu’il offrait. Les intervenants du chantier, à 98 % locaux, attendent d’ailleurs avec impatience le démarrage d’un projet qui sera probablement au moins aussi extraordinaire que la route des Tamarins, celui du tram-train, évalué à 1,6 milliard d’euros, dont le début des travaux est prévu pour début 2010, malgré l’annulation partielle de la déclaration d’utilité publique en avril dernier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : région Réunion.

Assistance à maître d’ouvrage : DDE/Setra/Cete/Cetu, ordonnancement/planification : Algoé, CSPS : Preventio (Présents), contrôles extérieurs de haute technicité : Cete Méditerranée, suivi environnemental : Adage, Cyathea, Biotope Océan Indien.

Maîtrise d’œuvre : DDE service grands travaux (section I), Egis route (section II), groupement Greish/Tremblet/ Seti/Zirk-Dezeuze (Ravine Fontaine), groupement Setec TPI/Spielmann (Grande Ravine), groupement Arcadis/Coteba/Strates (Trois Bassins), DDE de La Réunion (Saint-Paul).

Entreprises ouvrages exceptionnels : groupement Demathieu & Bard/GTOI/Cimolaï (Ravine Fontaine), groupement Dodin Campenon Bernard/Vinci CGP/Eiffel (Grande Ravine), groupement Eiffage Travaux publics/Matière/Razel (Trois Bassins), groupement Razel/ Eiffage Travaux publics/Eiffel/Matière/ Bilfinger Berger/Heaven Climber (Viaduc et tranchée couverte de Saint-Paul).

Terrassements, ouvrages d’art et rétablissement des communications et chaussées : groupement Eiffage Travaux publics/Razel/Matière (Toarc 1 et 2), groupement SBTPC/GTOI/Sogea (Toarc 3 et 4), groupement GTOI/ Sogea/SBTPC/Demathieu et Bard (Toarcc Plateau Caillou et Saint-Paul Ville).

Ouvrages d’art : groupement Demathieu et Bard/GTOI (OANC 1, 3, 7, viaducs de la Savane, OA/OH de l’Eperon), groupement Razel/Eiffage TP/Matière/Eiffel (OANC 2), groupement Razel/Eiffage/Matière (OANC 4), Groupement Dodin Campenon Bernard/SBTPC / Vinci CGP(OANC 5), groupement ETPO/Pico OI/Berthold (OANC 6), groupement SBTPC/Vinci CGP/Dodin Campenon Bernard (OANC 8), groupement Dodin Campenon Bernard/SBTPC (OANC 9), groupement Sogea/Ouest Concassage (piste principale de chantier), groupement Spie Batignolles TPCI / Razel (tunnel du Cap de la Houssaye).

Chaussées : groupement GTOI/SBTPC (tronçon nord), groupement Appia grands travaux/Eiffage TP/Ouest Concassage (tronçon sud).

Coût de l’opération : 1,1 milliard d’euros.

Ouverture à la circulation : 23 juin 2009.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X