Technique et chantier

ouvrage d’art Un viaduc limite son impact sur la nature

Mots clés : Eau - Espace naturel - Gros oeuvre - Politique européenne - Travail

Tablier lancé, assainissement provisoire, fondations tubées, piste de chantier protectrice … les mesures écologiques sont multipliées lors de la construction du viaduc de l’Orne sur l’A 88 pour protéger une vallée classée Natura 2000.

Entre Argentan et Falaise (Basse-Normandie), le tronçon de 30 km de l’A88 en construction compte un seul ouvrage d’art non courant. Long de 350 m, le viaduc de l’Orne traverse en huit travées une vallée humide classée Natura 2000. De ce fait, faune et flore protégées ont eu une large influence sur le déroulé de ce projet mené en conception/construction par le GIE A88 (mandataire NGE, avec Spie Batignolles, Demathieu et Bard, Malet, Valérian et Egis Route). En conception, la sanguisorbe officinale (ou grande pimprenelle), présente de part et d’autre du viaduc, a restreint le fuseau d’implantation du tracé à une bande de 50 m de large, au lieu des 300 m habituels. Les trois rivières traversées ont contraint la répartition des piles, une distance minimale devant être respectée entre celles-ci et les cours d’eau. Par ailleurs, la piste de chantier, submersible, est posée sur un géotextile qui retient les fines. Et son tracé a été optimisé (voir schéma).

Tablier bipoutre

Concernant le mode constructif, plusieurs techniques usuelles ont été conjuguées pour diminuer l’impact. Le choix d’un tablier bipoutre léger (ossature acier et hourdis en béton armé) lancé depuis une plate-forme limite les interventions dans la vallée. Pour éviter de polluer le sol, les pieux forés en béton armé (1,60 m de diamètre et jusqu’à 25 m de profondeur) formant les fondations des 28 piles (7 rangées de 4 piles chacune) ont été tubés sur les 12 m supérieurs, évitant à la boue de forage de se répandre dans le milieu. Aussi, un réseau d’assainissement provisoire constitué de bassins de décantation et de filtres à paille ou à pierres a été créé.

Le chantier du viaduc s’achèvera en juin 2010 après un an et demi de travaux. L’autoroute devrait être mise en service avant la fin 2010 par son concessionnaire Alicorne.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X