Régions

Ouest Nicoll compte sur l’international et l’environnement pour doper ses ventes

Mots clés : Eau

Nicoll, spécialiste européen des produits en matériaux de synthèse pour le bâtiment (gouttière, caniveau, habillage toiture), n’échappe pas à la crise. Ses ventes (chiffre d’affaires 2008 : 156 millions d’euros) ont chuté de 25 % depuis le début de l’année.

Si quelques jours de RTT ont été imposés en début d’année, Henry de Belsunce, directeur général de Nicoll depuis janvier, ne prévoit toutefois pas de chômage partiel, « si l’activité se maintient au même rythme ». Pour doper ses ventes, Nicoll (1 000 salariés sur trois sites : deux à Cholet et un à Argenton-les-Vallées dans les Deux-Sèvres) mise sur l’export (20 % des ventes) et l’environnement.

Un nouveau système de gouttière adapté aux pays d’Europe de l’Est vient ainsi d’être lancé. « Il s’agit de notre première gamme dédiée à l’export », indique Henry de Belsunce. Plus robuste et rustique afin de résister à la neige, Vodalis doit remplacer les produits métalliques.

Nouveaux produits innovants

En matière d’environnement, Nicoll vient de mettre sur le marché trois nouveaux produits : Akasision (évacuation des eaux pluviales), Kenadrain (drainage des eaux de ruissellement) et Waterloc (régulation et infiltration). « Ces systèmes servent à évacuer et stocker les eaux pluviales afin de compenser les difficultés d’infiltration naturelle dues notamment au développement des routes », explique le dirigeant.

Waterloc se présente comme une innovation majeure. Il s’agit d’un assemblage de blocs de rétention de dimensions variables adaptables à tout type de terrain. Enveloppé de géotextile et/ou de géomembrane, le Waterloc a trois usages : écrêter les eaux, les infiltrer ou les stocker en vue d’une réutilisation ultérieure.

Ces innovations s’accompagnent d’un rythme d’investissement soutenu, « une stratégie privilégiée par le groupe au détriment de la croissance externe », indique Henry de Belsunce. Après huit millions d’euros en 2008, sept à huit millions sont programmés en 2009 pour l’acquisition de deux presses de 2 000 tonnes, de nouveaux systèmes de manutention et d’unités de stockage

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X