Edito

Organique

Le thème du retour de la nature dans la ville, apparu au tournant du siècle, a pu être regardé avec condescendance en architecture. Suspect de surfer sur la vague du développement durable pour « verdir » quelques stratégies marketing, de conférer à moindres frais une bonne conscience écologique, ou même d’offrir tout au plus un nouveau motif décoratif. Murs végétaux habillant des pignons aveugles, toitures végétalisées accueillant un maigre sedum ou coin de terrasses abritant quelques arbustes malingres se sont multipliés. Quelques projets plus ambitieux avaient pourtant vu le jour dans les années 1990, comme le plan de végétalisation de la ville de Lyon confié au paysagiste...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 248 du 15/02/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X