Actualité Dreux

« On n’a pas le droit de s’arrêter à mi-chemin ! » Gérard Hamel, maire et président de l’agglomération de Dreux (Eure- et-Loir), président de l’Anru.

– Quelle était l’ampleur de votre programme de renouvellement urbain à Dreux ?

Avec 180 millions d’euros de travaux, avec 724 démolitions, autant de reconstructions, 1 155 logements résidentialisés et 915 réhabilités, c’est l’un des plus importants chantiers en région. C’est d’autant plus remarquable pour une petite ville comme Dreux. Aujourd’hui, 75 % du programme est réalisé et nous préparons un nouvel avenant avec l’Anru pour finaliser nos opérations.

– Quels ont été les points forts de ce PRU ?

D’abord la forte implication des partenaires, collectivités et bailleurs et en particulier Habitat Drouais. Nous venons de lancer une des plus grosses opérations du PRU : la démolition de 312 logements dans le bas du Lièvre-d’Or et la reconstruction de 197 logements. C’est le plus important chantier de logement social de toute la région qui sera achevé en 2012. Autre point fort : une mixité dans la typologie des logements et une mixité sociale entre locataires et accédants.

– Dreux a-t-elle besoin d’une « Anru 2 » ?

On n’a pas le droit de s’arrêter. À Dreux, nous n’avons fait que la moitié du chemin. Il faut donc une Anru 2. Il faut sans doute associer d’autres acteurs comme les promoteurs privés ou les fonds formation du bâtiment. Il faudra aussi concentrer les moyens sur des quartiers très prioritaires. Je plaide auprès du gouvernement pour que des décisions soient prises cette année afin qu’il n’y ait pas de rupture dans les opérations.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X