Territoires Région

OIN multisites : le Premier ministre calme le jeu

Mots clés : Gouvernement

«Le projet d’Opération d’intérêt national (OIN) multisites a suscité beaucoup de craintes. Il faut les lever », a déclaré le Premier ministre, le 14 avril, au salon des maires d’Ile-de-France. En octobre dernier, Manuel Valls avait annoncé la création d’un tel dispositif pour accélérer la production de logements en Ile-de-France. Dans les semaines qui ont suivi, l’Agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP) a identifié 32 sites prioritaires à fort potentiel de logements, donc susceptibles d’être inscrits dans l’OIN. Cette liste a provoqué une vive inquiétude chez les élus des territoires concernés. « Nous avons cru qu’il y aurait 32 OIN », a indiqué Patrick Devedjian, président du conseil départemental des Hauts-de-Seine et du syndicat mixte Paris Métropole.

Concertation en ateliers.

Dans son discours, Manuel Valls s’est attaché à rassurer les élus franciliens, en précisant la démarche suivie par son gouvernement : repérage des « sites adaptés au lancement de grandes opérations d’aménagement », concertation à travers les Ateliers du Grand Paris du logement puis, en septembre, choix des territoires retenus pour faire partie de l’opération d’intérêt national. Plusieurs critères seront pris en compte : desserte par les transports en commun, potentiel foncier de construction, complexité éventuelle du projet justifiant une forte coordination et une attention particulière des services de l’Etat. Une dizaine d’ateliers, certains réunissant plusieurs sites prioritaires, seront organisés d’ici à juin 2015 avec l’appui de l’AFTRP. Le premier, consacré aux franges du parc de la Courneuve (Seine-Saint-Denis), territoire pour lequel Roland Castro et CDU ont déjà imaginé un projet, s’est tenu le 9 avril. Le deuxième, quatre jours plus tard, a réuni les élus des Portes du sud du Grand Paris, en Essonne, terre d’élection du Premier ministre. Un autre point a, semble-t-il, tranquillisé les maires : les zones en OIN ne seront pas forcément aménagées par un établissement public d’Etat. L’OIN sera pilotée par l’AFTRP transformée en Grand Paris Aménagement – le décret est attendu à l’été – mais « pour chaque site, l’opérateur le plus adapté sera déterminé en fonction des besoins et des capacités opérationnelles déjà existantes », a confirmé le préfet de région, Jean-François Carenco, avant d’ajouter « qu’il n’est pas question de faire à la place des élus, mais avec les élus. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X