Réalisations CENTRE CULTUREL

OFFICE MUHARRAQ, BAHREÏN

Mots clés : Manifestations culturelles - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples

L’agence flamande Office exporte son abstraction fétiche dans le golfe persique : au cœur de Muharraq, ancienne capitale du royaume de Bahreïn, elle livre un équipement culturel singulier, le centre pour les musiques traditionnelles Dar Al Jinaa.

Etonnante association que celle du ministère de la Culture de Bahreïn avec les architectes flamands Kersten Geers et David Van Severen, pour concevoir un lieu consacré aux musiques jouées par les pêcheurs de perle qui firent, jusqu’au XXe siècle, la richesse de Muharraq. Insolite combinaison culturelle qui mêle une communauté du golfe persique valorisant son patrimoine immatériel et des maîtres d’œuvre venus d’Europe du Nord dont la placidité trouve un écho – un brin glaçant – dans la radicalité formelle, l’aridité d’intrigantes réalisations. Ce drôle de collage est en réalité à l’image de ceux qu’affectionne le duo bruxellois: des photo montages conceptuels qui stimulent le potentiel narratif de leurs projets à venir, ouverts à toutes les interprétations. Spectrale, Dar Al Jinaa – c’est le nom de cette antenne du centre culturel, bientôt accompagnée d’une autre en cours de construction -, émerge sans prévenir au coin d’une des rues étroites et tortueuses qui préservent Muharraq de la chaleur. Créature éthérée, fugitive, au cœur du centre historique parsemé des témoins bâtis de l’ancienne activité perlière, pour beaucoup inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est la partie visible de l’équipement qui investit également la vieille demeure à patio voisine, réhabilitée. Les biseaux de l’extension et les plis de son voile translucide tranchent avec la massivité des constructions alentour et l’opacité de leurs enduits.

Parfois la maille d’acier se soulève. Le rideau de scène dévoile alors une coursive ombragée, dans l’interstice entre le treillis et les panneaux mi-bois, mi-vitrage, qui ferment les salles de répétitions. Repliez ces derniers, et c’est un majlis, espace de...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 260 du 17/05/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X