Autres

Octobre 1974 Ricardo Bofill ou les aventures d’un « nouveau philosophe » en architecture

Mots clés : Architecture

Il aura fallu attendre 1979 pour que Ricardo Bofill et son associé Manolo Nuñez puissent officiellement exercer en France, décision prise par arrêté ministériel en octobre de cette année-là. Antigone, le grand projet d’urbanisme qu’il dessine pour le jeune maire de Montpellier Georges Frêche est alors lancé, soulevant les protestations des architectes locaux désirant « construire au pays ». Et l’année suivante, Ricardo Bofill livre l’ensemble de logements Les Arcades du lac dans la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines. Auparavant, l’architecte catalan avait déjà défrayé la chronique, parti prenante de l’une des nombreuses « batailles des Halles » de Paris. En 1974, le nouveau Président Giscard d’Estaing annule le permis de construire d’un Centre français du commerce international – projet de son prédécesseur Georges Pompidou – en lieu et place des Halles de Baltard démolies au début des années 1970. Michel Guy, secrétaire d’État à la Culture, relance une consultation dont le projet de Ricardo Bofill sort lauréat. Mais le Conseil de Paris demande à choisir entre trois projets. C’est le début d’un bras de fer entre la ville de Paris et l’État. Et l’architecte Émile Aillaud est chargé, en 1975, de coordonner...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 248 du 15/02/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X