Régions Bas-Rhin

Obernai pousse et s’équipe

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Etat et collectivités locales - Logement social - Qualité de l'eau - eau potable

29,6 M€ Aides de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse pour la Bourgogne-Franche-Comté au 2nd semestre 2016.

189 300 logements sociaux en Bourgogne-Franche-Comté au 1er janvier 2016, dont 90 % ont plus de dix ans.

952 M€ Budget 2017 du conseil régional Grand Est pour les transports et l’aménagement, soit 34 % du budget primitif total.

« Créer les équipements en rapport avec le dynamisme d’une ville de 8 500 emplois pour 11 500 habitants, éviter la formation de friches durables, respecter le patrimoine naturel et bâti » : c’est la feuille de route fixée par le maire d’Obernai Bernard Fischer aux projets qui se succèdent dans sa commune. En son cœur, les promoteurs régionaux Topaze et Scharf vont reconvertir l’espace libéré par l’hôpital et le supermarché Match. L’étude urbaine de l’équipe de maître d’œuvre, conduite par l’urbaniste-paysagiste strasbourgeoise Catherine Linder, fixe comme cadre « la valorisation des bords de la rivière Ehn, la création d’une continuité commerciale et piétonne avec l’hyper centre dont le site forme l’extrémité, la recréation d’espaces publics et la mise en exergue des traces historiques du faubourg médiéval ». Programmés en deux tranches de 2018 à 2022, les travaux de 20 millions d’euros créeront environ 150 logements, un hôtel, 1 700 m2 de commerces, dont un nouveau super marché, et un parking-silo de 200 places.

A la frange ouest d’Obernai, le domaine de la Léonardsau fait l’objet d’un montage public-privé pour 10 millions d’euros d’investissements à réaliser « dans les deux à trois ans », selon Bernard Fischer. La Ville réhabilitera le château et les abords paysagers, tandis que le promoteur Hentz construira une brasserie, un espace événementiel et un hôtel-spa sur les trois parcelles qu’il a rachetées à la municipalité.

Aux abords du centre-ville, un autre opérateur privé, l’industriel Bernard Stoeffler, impulse la résorption de la friche de l’usine Zaegel-Held. En chantier, un immeuble de bureaux de 4 000 m2 prolonge les premières livraisons de surfaces tertiaires et d’hôtellerie. De son côté, Stradim lance dans les prochaines semaines les premières constructions d’un ensemble de 200 logements à terme (26 millions d’euros HT d’opération) destiné à répondre à la croissance démographique locale, à présent que le quartier Roselières achève la réalisation de ses 600 logements.

Conception bioclimatique. Un dernier « gros morceau » se localise à l’entrée sud : la construction du nouvel hôpital a commencé cet automne, son gros œuvre clos-couvert étant confié au groupement Demathieu Bard/X. Schreiber et Cie. Le futur bâtiment de 9 040 m2 de surface dans œuvre mobilise un budget de 26,3 millions d’euros TTC pour une livraison début 2019. Son maître d’œuvre, le mulhousien Studio Martini, l’a conçu de façon bioclimatique en forme de H. « Les lignes sobres contemporaines respectent l’objectif d’imposer la présence du bâtiment, mais sans perturber le silence visuel de la plaine qui le reçoit », approuve le maître d’ouvrage, le Groupe hospitalier Sélestat-Obernai.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X