Architecture Technique Edifices religieux

Nouvelles églises, humbles monuments

Mots clés : Architecture - Culte - Établissements de culte, funéraire

L’architecture des lieux de culte catholique récents affirme une présence forte mais sans ostentation.

«On dit que les églises sont vides mais il s’en construit encore. » En 2014, alors que Saint-Paul-de-la-Plaine, à Saint-Denis (voir p. 68), était sur le point d’être inaugurée, Bruno Keller, le directeur général des Chantiers du Cardinal, relevait le paradoxe. Cette organisation chargée de la construction et de l’entretien du patrimoine catholique francilien a en effet pris part ces dernières années à plusieurs chantiers de nouveaux lieux de culte. Car l’Eglise entend doter les territoires en développement, telles les grandes ZAC (zones d’aménagement concerté), afin de pouvoir accueillir leurs nouvelles populations. Ont donc été bâtis l’édifice dyonisien ou la maison d’église Saint-François-de-Sales de Boulogne-Billancourt (voir p. 66) mais aussi la maison Ozanam, inaugurée en septembre dernier au rez-de-chaussée d’un immeuble construit par l’architecte Jean Bocabeille dans le quartier des Batignolles à Paris (XVIIe). Des projets voient également le jour en région. En novembre doit être posée la première pierre de l’église dessinée par l’architecte portugais Alvaro Siza pour le nouveau centre-ville de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Il y a aussi des lieux que l’on reconstruit ou que l’on agrandit, telle la cathédrale de Créteil (voir ci-contre) qui a réellement surgi dans la ville trente-sept ans après son inauguration, à la faveur d’une surélévation. Ou l’église Saint-Vincent-de-Paul à Rezé (voir p. 67), née entre les murs d’une ancienne usine.

Visibilité.

Ces chantiers restent néanmoins du domaine de l’exceptionnel. Sans même parler de croyance personnelle, les architectes savent qu’ils touchent au symbole et qu’ils sont « un maillon d’une chaîne de siècles et de siècles d’expériences », dit l’un d’entre eux. Et si, remarque un autre, « sur le plan du programme, une église, ce n’est après tout pas très compliqué », la commande implique aussi de dresser un repère. L’heure est à la quête de visibilité. Pourtant, ces nouveaux monuments cultivent une certaine sobriété. Ce sont des sculptures urbaines mais elles n’en demeurent pas moins humbles dans leurs matières et leur ornementation.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Dixit Pierre-André de Chalendar

« Les symboles sont, je crois, majeurs dans la ville. Il est nécessaire de donner du sens aux lieux. De plus, la France ne serait pas la France sans tous ses clochers. Alors que les églises anciennes sont un patrimoine relativement protégé, il est positif que de nouvelles constructions accompagnent les mouvements d’urbanisation. Tandis que l’époque précédente était à la discrétion, j’aime que ces lieux de culte relèvent la tête, qu’ils soient visibles dans ces quartiers neufs. Il serait bon aussi de voir davantage de mosquées. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X