Architecture Technique Matériel

Nouvelle norme pour les tours d’étaiement

Mots clés : Normalisation - Marquage CE

Des matériels marqués NF s’apprêtent à entrer sur le marché. Ce label pourrait devenir un atout commercial pour les fabricants.

Voilà quatre ans qu’elle se prépare et elle sera publiée avant la fin de l’année. La norme NF 93-551 constituant un référentiel technique d’évaluation des produits « tours d’étaiement » est en effet en phase de finalisation auprès de l’Afnor. On peut donc s’attendre à trouver prochainement sur le marché des tours d’étaiement dûment marquées NF, et d’autres qui ne le seront pas. « Cette norme n’est pas d’application obligatoire, mais nos clients peuvent exiger de louer des matériels qui s’y conforment. C’est par cette pression commerciale qu’elle va s’imposer », prévoit Rémi Gomez, responsable technique chez Altrad Coffrage & Etaiement (Altrad, Jalmat). « Ce marquage NF sera une vraie garantie de qualité et de sécurité », estime Fabrice Fay, président de la commission technique du Syndicat français du coffrage, de l’échafaudage et de l’étaiement (SFECE).

Une configuration type pour réaliser les tests.

Que garantit une tour « NF » ? Avant tout que sa capacité de charge a été calculée selon un référentiel commun. « Aujourd’hui, il existe plusieurs méthodes pour calculer la charge admise par poteau. La capacité varie considérablement selon la méthode choisie. Un même matériel affichera une charge maximale tantôt de 3,5 tonnes, tantôt de 6 tonnes », explique Fabrice Fay. La norme NF 93‑551 fixe une configuration type pour réaliser les tests (6 m de haut, tous les vérins sortis, une pression de vent de 20 kg/ m²). « Elle instaure surtout une méthode de calcul qui établit un modèle numérique permettant de modéliser les résistances à la charge », note Rémi Gomez.

Autre point abordé : la sécurité. La norme s’inspire des échafaudages où les garde-corps doivent être installés avant de pouvoir monter les planchers. « Les tours d’étaiement peuvent s’y conformer mais pas au dernier étage lors des opérations de clavetage de poutre. Là pas le choix : il faut monter les garde-corps après », regrette Fabrice Fay. Par ailleurs, tous les éléments doivent être verrouillés, notamment les vérins de pied, pour que rien ne tombe lors d’un levage à la grue. « Enfin, la norme NF impose un audit régulier des usines pour vérifier que la qualité de fabrication de tous les cadres est strictement identique à celle des modèles testés. »
Grâce à ces garanties rassurantes, les tours d’étaiement marquées NF devraient rapidement se généraliser sur les chantiers, sauf que… « Le parc d’un loueur de tours d’étaiement compte jusqu’à 50 000 cadres. Bien entretenus, ces matériels ont une durée de vie très longue, parfois plus de vingt ans. Il n’est pas envisageable de renouveler tous les parcs d’un coup. Le passage à des tours conformes à la nouvelle norme prendra du temps », estime Rémi Gomez. Fabrice Fay est moins pessimiste : « Ces matériels de qualité sont déjà sur le marché depuis plusieurs années, et ils rencontrent du succès. Les grands groupes n’achètent plus que ça. Le marquage NF permettra de mieux les distinguer chez les loueurs. » Et le marché fait loi : un loueur préférera toujours acheter du matériel neuf qui trouve preneurs plutôt que de garder du vieux matériel qui reste en parc.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Innovation - Des étais électriques pour coffrage de dalle

Le « Take off » de Sateco (hall 7, stand K 69 du salon Batimat) est un étai électrique télescopique qui supporte une charge de 3 tonnes, monte et descend avec une précision millimétrique en synchronisation avec les autres en communiquant par une liaison sans fil. Il peut remplacer des étais traditionnels mais ce n’est pas sa fonction première, son prix ne le lui permet pas. Sateco le sait et le présente plutôt comme un moyen d’installer le coffrage de dalle à 1 m de hauteur, en toute sécurité et en toute ergonomie, puis de le monter à bonne hauteur. Ensuite, les compagnons peuvent ajouter des étais classiques avant le coulage du béton. Le décoffrage fonctionne selon le même principe, mais inversé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X