Architecture Logements

Nouvelle aube sur la Cité universitaire

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Première construction dans le campus parisien depuis 1969, la Maison de l’Ile-de-France mise sur le tout-solaire.

Transition énergétique Cachée derrière un bouquet d’arbres, la Maison de l’Ile-de-France ressemble à un sous-marin immergé. Seul un périscope doré de trois étages dépasse du feuillage et surplombe la grande pelouse de la Cité universitaire internationale de Paris. Une implantation fort discrète qui ne reflète en rien le caractère exceptionnel de l’édifice. Cette résidence, inaugurée le 19 septembre dernier, est la première construite dans l’enceinte de la Cité U depuis 1969. D’une surface de 5 200 m2 répartis sur huit niveaux, elle abrite 142 chambres destinées aux étudiants et aux chercheurs.

Le site est conçu pour produire plus d’énergie thermique et électrique en une année qu’il en consomme dans le même temps. Et ce uniquement grâce à des capteurs solaires. Une telle particularité semble banale aujourd’hui, mais aux prémices du projet, en 2007, ce parti pris était audacieux. « A l’époque, l’idée d’un bâtiment à énergie positive tous usages confondus était très ambitieuse », confirme Nathalie Weinstein, chargée d’opération de la région Ile-de-France, maître d’ouvrage et financeur de l’opération d’un montant de 21,64 millions d’euros.

Stocker l’été, chauffer l’hiver. Lauréats du...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5943 du 06/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X