Territoires Architectes

« Nous constatons depuis deux ans un accroissement des difficultés »

Mots clés : Architecte

Philippe Martial, président du Conseil régional de l’ordre des architectes des Pays de la Loire.

Le 2 octobre, l’ordre régional des architectes organise sa rencontre annuelle. Une occasion de faire un point à mi-mandat des actions menées par la nouvelle équipe et de s’arrêter sur la situation des architectes dans les Pays de la Loire.

Vous avez signé, fin juin, une charte des bonnes pratiques pour la commande publique avec les acteurs de Loire-Atlantique. Quelle est sa particularité ?

Cette charte promeut les bonnes pratiques et incite les élus locaux à privilégier une commande publique de qualité. C’est la seule initiative de ce type en France à prendre en compte les spécificités à la maîtrise d’œuvre. Le texte rappelle que le caractère bas d’un prix peut être apprécié par rapport au guide de la MIQCP (Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques) qui attribue des taux de rémunération selon les montants des travaux, la complexité de l’opération et des missions confiées. D’autres départements, dont la Mayenne, se montrent intéressés. Nous allons organiser un colloque en février 2016 avec l’Association des maires de France sur la pertinence du choix de la maîtrise d’œuvre.

Un point sur les autres projets en cours ou futurs ?

Concernant les marchés publics, nous avons réintégré l’Observatoire régional de la commande publique, augmenté la part des architectes formés dans les jurys et nous nous sommes étendus aux marchés à procédure adaptée (Mapa). Nous avons aussi développé les formations à tarifs abordables comme nos « Jeudis de l’information » mensuels sur l’actualité concernant la profession. Nous avons mené une étude comparative sur les prestations des assurances professionnelles. Sur le plan juridique, nous mettons en place un partenariat avec l’Ordre des avocats dans le cadre de la formation des experts judiciaires. Nous avons débuté une veille, assurée par nos adhérents, et réactivé la Chambre de discipline pour lutter contre les signatures de complaisance. Un fléau car si peu d’architectes le font, ils le font de manière industrielle. Nous nous sommes également rapprochés des régions voisines afin de mutualiser certains services.

D’une manière générale, comment vont les architectes ?

Les défaillances des sociétés d’architecture sont en forte recrudescence depuis deux ans, avec une audience au tribunal de commerce tous les quinze jours à Nantes. Et on ne parle pas des architectes libéraux ! Les agences de 2 à 7 salariés sont les plus fragilisées. Il y a la conjoncture mais aussi les confrères d’autres régions venant chercher des marchés à Nantes, petits ou gros. Or, le jeu d’aller chercher très loin des petits ouvrages est forcément perdant-perdant.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X