Territoires

Normandie Rouen et Caen font rebondir l’immobilier

Mots clés : Gestion et opérations immobilières

Si les promoteurs normands retrouvent peu à peu le sourire, cela est essentiellement dû au rebond des ventes, au premier semestre, dans la Métropole Rouen Normandie et dans l’agglomération caennaise. Selon l’Observatoire du logement neuf des régions normandes (Olonn), mis en place en 2012 par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) Normandie et la chambre Normandie du Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal), les transactions y ont respectivement progressé de 46 % et 38 % au cours des six premiers mois de l’année.

En revanche, cette relance n’est observée ni au Havre (79 ventes seulement !) ni sur la Côte Fleurie (-42 %). « Globalement, le marché se restructure, note Bruno Fusco, le nouveau président de l’Olonn. Les taux d’écoulement s’améliorent et les taux de désistement, supérieurs à la moyenne nationale, se réduisent. Mais on tend vers un marché de pénurie par rapport à la demande. » Autre tendance forte, le redémarrage des ventes à investisseurs (58 % des transactions). « Une tendance qui s’explique par la conjonction des taux d’intérêt bas et des avantages fiscaux de la loi Pinel », analyse Christophe Demouilliez, vice-président de l’Olonn.

Inquiétude à Rouen.

Néanmoins, malgré le bon niveau de ses ventes, principalement concentrées sur les plateaux nord, la ville de Rouen devient un sujet d’inquiétude pour les professionnels. « On nous annonce la construction de 5 000 logements sur la rive gauche dans les cinq ans à venir, soit l’équivalent de douze années de ventes. Attention à ne pas mettre le marché à plat. Il faut prioriser les programmes », prévient Bruno Fusco.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X