Territoires

Nîmes Le musée de la Romanité joue la légèreté face aux arènes

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie - Sport

Il aura fallu quinze ans à la Ville de Nîmes pour faire émerger sur le site de l’îlot Grill un projet digne de se confronter aux arènes. Le futur musée de la Romanité, dont la première pierre a été posée le 11 mai, trouve précisément son identité dans ce face-à-face avec le monument romain, tout comme le Carré d’Art de Norman Foster se définit dans sa relation avec la Maison Carrée. « J’ai cherché à établir un dialogue dans la complémentarité et non par mimétisme, souligne l’architecte Elizabeth de Portzamparc. Les arènes sont un monument minéral, ancré au sol, structuré par des lignes verticales et à la géométrie ronde ; le musée de la Romanité sera un bâtiment en verre, surélevé, marqué par des lignes horizontales et de forme carrée. »

7 500 lames sérigraphiées.

Le bâtiment, posé sur un socle transparent, sera habillé d’un voile de verre dont les ondulations évoqueront le drapé d’une toge romaine. Cette mosaïque, dont la conception et la mise en œuvre feront l’objet d’une Atex (appréciation technique d’expérimentation), sera composée de 7 500 lames de verre de 1,50 m de long et 20 cm de large fixées sur une ossature métallique qui créera une géométrie en 3D. Chacune de ces lames sera sérigraphiée. La densité de l’impression, variable d’une lame à l’autre, produira des surfaces laiteuses, translucides ou semi-translucides, créant un jeu de reflets qui animera la façade. A l’intérieur, Elizabeth de Portzamparc a imaginé une muséographie respectueuse des collections mais aussi « ludique et interactive », pour « donner envie aux Nîmois de revenir ». Le musée ouvrira ses portes en 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maître d’ouvrage : Ville de Nîmes. Architectes : Agences Elizabeth et Christian de Portzamparc, avec A + Architecture et ACMH (architectes associés). Paysagiste : Méristème. BET: Verdier (structure) Louis Choulet (fluides), RFR (façades), Lightec (éclairagiste). Gros œuvre: Fondeville. Menuiseries extérieures et façade mosaïque: Hefi. Surface: 10 000 m2. Coût des travaux: 38 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X