Enjeux

Nicoletta élargit sa palette

Mots clés : Peinture

L’entreprise mosellane de peinture industrielle se diversifie dans le bâtiment et étend son rayonnement en France et au Luxembourg.

La rénovation achevée en juin du pont Grande-Duchesse Charlotte, à Luxembourg-Ville, était le chantier phare du moment pour Nicoletta, qui y a appliqué pas moins de 15 000 litres de peinture. Le succès de cette réalisation témoigne aussi d’un cap franchi par l’entreprise de peinture mosellane, dirigée par la même famille depuis quatre générations.

Traitement du béton. La société célèbre cette année ses 110 ans et voit la vie en rose. Mais il n’en fut pas toujours ainsi. Prestataire historique des aciéristes et charpentiers métalliques, elle a dû surmonter, ces vingt dernières années, la restructuration de ces marchés pour rebondir dans le bâtiment et le génie civil mais aussi conquérir de nouveaux secteurs industriels (marine, production d’énergie, etc. ). Ce virage est symbolisé cette année par le déménagement du siège historique de Vitry-sur-Orne, situé au cœur de l’ancien bassin sidérurgique lorrain.

Marquée par un dépôt de bilan en 1984, l’entreprise doit sa prospérité retrouvée au ravalement imposé par Christophe Nicoletta, son président depuis 2006. « A mon arrivée en provenance de Kérastase (groupe L’Oréal), j’ai été confronté à des choix cornéliens, car la société perdait beaucoup d’argent au début des années 2000 », rembobine-t-il. Le dirigeant, qui a également travaillé pour Reebok et Bardinet (vins et spiritueux), a importé sa culture sur les plans managérial, marketing et informatique. En 2011, il s’est adjoint les services de la centralienne Tania Pichon-Retournard, passée par PSA et KPMG. La directrice générale a piloté, entre autres, l’intégration en 2008 du marnais Fantoni, un concurrent de plus grande dimension. Cinq ans plus tard, l’entreprise s’offrait le dunkerquois Devos, avant de créer des antennes à Nantes en 2015, puis au Luxembourg en 2017. Ces opérations ont porté les effectifs de 150 à 230 personnes.

Aujourd’hui, Nicoletta forme une galaxie de 9 sociétés, avec 15 agences en France, totalisant un chiffre d’affaires de 28,4 millions d’euros. Sa holding est détenue à 60 % par Christophe Nicoletta et à 40 % par six cadres. Son maillage hexagonal pourrait être complété à moyen terme par une agence dans le Rhône. Avec 70 % du chiffre d’affaires dans le bâtiment, Nicoletta n’en soigne pas moins ses marchés industriels. L’agence de Nantes vient ainsi de réaliser la totalité du lot de mise en peinture d’un patrouilleur militaire aux Sables-d’Olonne (Vendée). Le groupe a également créé un département revêtements spéciaux pour le traitement du béton. Et il fait monter en compétence son personnel dans les traitements industriels (formations aux risques chimiques, plomb, amiante, etc. ). « Un domaine où la valeur ajoutée augmente, en raison du durcissement des réglementations », confie Tania Pichon-Retournard. Un exemple parmi d’autres de secteurs où Nicoletta a désormais son mot à dire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

230 salariés.

230 salariés.

28,4 M€ de CA en 2016, dont 70 % réalisés dans le bâtiment.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X