Marketing-Achat

Ne négliger aucune source de bruit

Mots clés : Bruit

Pour répondre à une attente forte des habitants sur le confort acoustique, les industriels de tous les secteurs du bâtiment développent des produits adaptés.

La prise en compte de l’aspect acoustique est aujourd’hui une évidence, et elle est très attendue par les occupants de bâtiments, résidentiels comme tertiaires. Il ne s’agit pas de créer de véritables bunkers, mais de comprendre les mécanismes de transmission des bruits, ainsi que les moyens pour les traiter. D’autant que le son se faufile facilement dans une construction. Les industriels de la construction ont énormément travaillé dans le but d’élaborer des solutions performantes, pas seulement dans le domaine des menuiseries ou de l’isolation, mais aussi en ce qui concerne les revêtements de sols, les équipements techniques, ou encore les plafonds.

Contrairement aux idées reçues, le renforcement de l’isolation thermique ne rime pas forcément avec l’amélioration de l’isolation acoustique. Il existe même des situations où ce renforcement peut entraîner une dégradation sérieuse de l’acoustique. Une autre difficulté concerne les nuisances émanant des équipements (chaudières, ventilation, appareils ménagers…). À chaque fois, la volonté est de réduire le bruit à la source pour une efficacité renforcée.

1 Les équipements

Yves Fanton d’Andon, directeur du marketing stratégique du groupe Atlantic, spécialiste du confort thermique (chauffage, climatisation), résume bien la difficulté de l’approche du confort acoustique dans le bâtiment : « Nous constatons une attente forte des clients autour du confort acoustique avec, en parallèle, des contraintes réglementaires. S’il faut les satisfaire, nous devons aller au-delà, en prenant en compte tous les aspects du confort acoustique. Car il s’agit bien sûr du bruit émis par l’appareil, mais aussi de la “ couleur ” du bruit, de cycles de marche/arrêt… »
Simulation. La difficulté est d’adapter la réponse à un contexte toujours particulier : bâtiments tertiaires, résidentiels, établissements recevant du public (ERP)… « L’acoustique est très difficile à prévoir, parce qu’il existe peu de simulations possibles, complète Yves Fanton d’Andon Nous travaillons donc beaucoup a posteriori. »
Les fabricants d’équipements techniques améliorent constamment le confort acoustique en prenant en compte deux solutions complémentaires pour le développement technologique des produits : d’une part réduire les émissions, d’autre part les confiner.
Vitesse variable. Pour Yves Fanton d’Andon, « le plus efficace pour réduire ces émissions, c’est le fonctionnement à vitesse variable, car il y a un sujet très sensible sur l’acoustique : le cycle marche-arrêt de l’appareil. À chaque fois qu’il est possible d’allonger le fonctionnement de l’appareil, c’est mieux à la fois pour le bruit et pour la durée de vie de l’appareil. » La tendance est donc plutôt à la modularité des vitesses, alors que, pendant très longtemps, il n’y avait pas d’alternative : on était dans un fonctionnement en tout ou rien, c’est-à-dire à pleine puissance ou à l’arrêt. La solution prévaut pour les...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 420 du 08/07/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X