Régions

NANTERRE Après le redressement judiciaire de la filiale de Ferfina DG , Construction reprend Chagnaud

Mots clés : Défaillance d'entreprise - Services urbains - Transport collectif urbain

Malgré le plan de redressement engagé en 1997 à la suite de son rachat par Ferfina, le no 2 du BTP italien, Chagnaud (44 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2003) n’est pas parvenue à renouer avec la rentabilité. Placée en redressement judiciaire en décembre 2003, elle vient d’être reprise par DG Construction (DGC), à l’exception de sa filiale environnement (64 salariés), en liquidation judiciaire. Les deux sociétés se connaissent bien puisqu’elles interviennent souvent, en groupement, sur des chantiers importants comme la couverture des voies de la gare d’Austerlitz, le métro de Toulouse ou encore des lots du TGV.

Spécialisée dans le génie civil et les travaux industriels, DGC est une PME de 200 salariés, implantée à Nanterre (Hauts-de-Seine). Issue de l’ancien département construction du groupe Desquenne et Giral, elle appartient aujourd’hui à ses cadres (à un peu plus de 50 %) et à un constructeur industriel belge, Pirson.

Deux métiers

« Le génie civil représente les deux tiers de notre activité, précise Michel Peccenini, le P-DG de l’entreprise, dont le chiffre d’affaires 2003 a atteint 52 millions d’euros. Nous réalisons surtout des ouvrages d’infrastructures urbaines, assez techniques. RFF et la SNCF comptent parmi nos clients les plus importants. » L’autre métier conduit les équipes de DGC sur des chantiers de démantèlement industriel, de réfection de hauts fourneaux et de décons- truction, en France (démantèlement de la cokerie de Drocourt, du viaduc Gambetta à La Défense, déconstruction du port pétrolier du Verdon…) et à l’étranger (Allemagne, Italie, Corée…).

« Chagnaud se verra confier la construction des grands ouvrages alors que DG Construction se concentrera sur les opérations plus classiques et axées sur le service », poursuit Michel Peccenini. L’entreprise, dont 77 salariés (sur 200) sont repris par DGC, conserve son nom mais son siège social sera transféré de Clichy à Nanterre. Michel Peccenini en devient le P-DG. « Mon objectif, conclut-il, est de parvenir, en 2005, à un chiffre d’affaires avoisinant les 100 millions d’euros, après une année 2004 consacrée à la consolidation des deux entreprises. »

PHOTO : Michel Peccenini, P-DG de DG Construction, sur le chantier de démantèlement du viaduc Gambetta à La Défense.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X