Autres

Mystérieuse arnaque à la qualification RGE

Mots clés : Démarche environnementale

Un « certificateur européen » veut faciliter l’obtention de la mention RGE. L’Ademe dénonce cette escroquerie.

L’alerte a été donnée par Dominique Tarrin, DG de Qualibat : « Un petit malin a lancé un site Internet qui propose une qualification RGE européenne bidon. Vu l’aspect du site, je pense qu’il est facile de se laisser abuser », s’inquiète-t-il.

Quali-rge-europe.eu présente tous les aspects d’un site « officiel » de promotion de la mention Reconnu garant de l’environnement (RGE) avec offres de formation et certification, mais sans aucune référence aux organismes habilités à délivrer cette mention en France. Ce « certificateur européen », comme il se présente, a un siège social en Hongrie ! Interrogé au téléphone, le responsable, un « entrepreneur », revendique le caractère « parodique et provocateur » du site. « La Hongrie ne dispose pas d’un organisme accréditeur comme le Cofrac en France. Je peux donc me présenter comme un certificateur. Mais je ne certifie rien du tout, je ne délivre aucune qualification ! Oui le site nous présente comme tel mais c’est pour bousculer l’Ademe et Qualibat. » Pour 1 490 euros (« la commission est de 20 % »), notre homme propose de monter les dossiers de certification et de faciliter les démarches pour obtenir la mention RGE auprès de Qualibat aux « artisans qui ne peuvent pas se permettre de quitter leurs chantiers pour suivre des formations dont ils n’ont le plus souvent pas besoin ». Sont-ils intéressés ? « Nous avons reçu près de 1 000 demandes d’information », jure-t-il. Pour lui, « l’arnaque » c’est le système « mis en place par l’Etat, Qualibat et la Capeb » qui « met les petits artisans, pourtant qualifiés, sur la paille ». « Nous leur proposons de valoriser le travail de leur entreprise puis de créer un annuaire qui servira à leur mise en relation avec des particuliers. »
Qualifiant cette initiative « d’escroquerie et de tissu de mensonges », l’Ademe, propriétaire de la marque RGE, prépare la riposte. « A l’Ademe, nous ciblons en priorité les prétendus annuaires d’artisans RGE, et nous avons entamé une démarche pour faire fermer ce site. Les procédures judiciaires suivront », fait savoir Jonathan Louis, responsable du RGE.

L’enquête intégrale sur www.lemoniteur.fr/arnaquergewww.lemoniteur.fr/arnaquerge

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X