Territoires

Moselle Sept ponts de la Sanef se refont une beauté

Mots clés : Ouvrage d'art

La compagnie d’autoroute Sanef a lancé mi-avril la réfection de sept ponts au long de l’autoroute A4, dans la périphérie de Metz et dans l’est mosellan. Le chantier le plus complexe se situe rue des Généraux-Altmayer à Saint-Avold pour rénover un pont miné par les infiltrations d’eau. « Situé en zone minière, l’ouvrage comporte un tablier conçu en deux parties pour résister aux affaissements. Ce risque n’existant plus, nous allons atteler les deux travées pour limiter les infiltrations », explique Michel Kaufmann, conducteur d’opérations au sein de la Direction de la construction et du patrimoine du groupe Sanef.

Mandataire de ce chantier d’un montant de 380 000 euros, GTM Hallé aura en charge de décaper la pile sur 10 cm d’épaisseur, changer les appuis de l’ouvrage, reprendre les corniches et garde-corps et reconstituer la couche de roulement et les joints de chaussées aux extrémités du pont. GTM Hallé a également été retenue pour réhabiliter l’ouvrage de liaison entre les aires sud et nord de l’aire de Longeville-lès-Saint-Avold. Prévu en 2016, ce chantier d’un montant de 370 000 euros HT a été anticipé suite à la découverte de problèmes d’étanchéité.

Avant le contournement nord-est de Metz.

Dans la périphérie de Metz, la Sanef a confié au groupe mosellan Demathieu Bard un marché de 400 000 euros portant sur la réfection de l’étanchéité de trois ponts d’accès à l’autoroute A314 en direction de Strasbourg. Les joints de chaussée de deux autres ponts franchissant l’A315 en direction de Paris seront également remis à neuf. Ces travaux, qui s’achèveront en septembre, précèdent le vaste chantier du Contournement nord-est de Metz (Cnem), dorénavant acté dans le futur Plan de relance. Le projet d’un montant de 80 millions d’euros HT élargira à deux fois trois voies dans les deux sens une portion de 11,2 km entre l’A4 et l’A314. Les travaux contribueront à la sécurité et au confort des 54 000 automobilistes empruntant régulièrement cet axe, tout en améliorant la protection environnementale. La procédure d’enquête publique pourrait commencer en 2016, ouvrant la voie à cinq ans de chantier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X