Edito Coup de chapeau

Mort aux bâches !

Au fil sinueux des méandres empruntés par le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages », l’Assemblée nationale a voté, le 19 mars, en première lecture, la mise à mort des bâches publicitaires XXL – souvent hideuses, il faut bien en convenir – apposées sur les échafaudages des bâtiments classés en cours de travaux.

Dans leur grande sagesse, les députés ont en effet adopté un amendement subreptice abrogeant un article du Code du patrimoine (créé par le décret n° 2011-574 du 24 mai 2011, soyons précis), qui prévoyait la possibilité, pour « l’autorité administrative chargée des monuments historiques », de permettre l’installation de tels dispositifs « comportant un espace dédié à l’affichage » sous réserve que la manne publicitaire soit affectée aux travaux et que ledit affichage n’excède pas la moitié de la surface bâchée. Du moins dans les textes… Bien sûr, l’interdiction de ces dispositifs vient tarir encore davantage les sources de financement pour l’entretien et la rénovation du patrimoine (qui en a pourtant grand besoin…). Mais, dans le fond, on ne pourra que s’en réjouir, tant il est vrai que ce supplice rétinien – fut-il soumis à l’approbation sourcilleuse de l’ABF du coin – concourait à sa manière à la marchandisation pernicieuse de l’espace public jusque dans ses moindres interstices.
Et d’ailleurs, allons plus loin que ces seules bâches ! Pourquoi, en effet, dissimuler à la vue, comme une chose honteuse, le travail du chantier, les outils du maçon ou ceux du charpentier ? Le geste de la main est-il devenu si haïssable que le flâneur des villes ne puisse supporter la moindre poussière ni les moindres gravats ? Alors oui, vraiment, publicitaires ou pas : mort aux bâches !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X