Autres

Monumentale et… pharaonique

Toute l’actualité parisienne, européenne et même mondiale parle d’elle. La « Tour Triangle », c’est comme cela qu’elle est baptisée. Sa naissance a été annoncée la semaine dernière, à Paris alors qu’elle a vu le jour en Suisse dans les ateliers des grands architectes mondialement connus Herzog et De Meuron. Un projet monumental et pharaonique qui marquera à jamais le paysage parisien. Non seulement par sa hauteur mais par sa forme, son allure, son programme, sa présence et les réactions qu’il a pu engendrer. Un élément urbanistique qui va s’ajouter d’ici quatre ans aux autres monuments parisiens symboles d’une capitale millénaire.

Une question importante reste pour le moment sans réponse : Est-ce que cette pyramide va concilier les riverains avec les tours à Paris ?

Dans une ville qui jusque-là a accueilli les tours au compte-gouttes, une ville où la dernière tour date de plus de 15 ans et qui, restée longtemps gravée dans les mémoires, n’attire toujours pas la sympathie, bien au contraire. Une capitale où même les tours sur dalle d’une époque révolue et supposées appartenir à des programmes d’urbanisme entiers ont attiré plus de reproches que de louanges.

Des habitants jusque-là tranquilles deviendront hostiles pour la plupart à l’idée même des tours de grande hauteur supposées être sources de plusieurs désagréments, des immeubles qui les gêneront par leurs ombres, les agaceront par leurs présences et les inclineront à être contre.

Est-ce que cette ville et ces mêmes gens accepteront aujourd’hui une nouvelle tour, aussi monumentale, sculpturale, extraordinaire, écologique et médiatique soit-elle, comme une marque de changement et une nouvelle image de leur ville parmi les plus grandes capitales du monde ?

Une sculpture qui bien qu’elle soit qualifiée de « tour », avec sa façade imposante, sa grande hauteur, s’avère finalement être le résultat d’un mélange savant d’une barre et d’une tour, gardera une identité unique qui se détachera des autres monuments dans le ciel de Paris. Aussi audacieuse et osée que soit son architecture, arrivera-t-elle à gagner l’estime de tous ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X