Territoires Seine-Saint-Denis

Montreuil regroupe ses services administratifs et boucle son centre-ville

Les travaux de restructuration de la tour Altaïs ont commencé le 5 octobre. Celle-ci va regrouper, à l’été 2018, tous les services administratifs de la Ville de Montreuil. Le maire (PCF) Patrice Bessac a fait de ce dossier l’une de ses priorités. Avantages : plus d’espace pour les agents de l’administration (11 932 m² sur trois sites contre 13 138 m² sur 10 à 11 niveaux) et un service renouvelé pour les habitants. Patrice Bessac veut une « mairie super-accueillante ».

Ce regroupement va générer d’importantes économies : le loyer de 5,3 millions d’euros pour ces 13 138 m² permettra d’économiser « plusieurs centaines de milliers d’euros » et de réaliser d’importantes économies d’énergie. De plus, selon le bail, le propriétaire accorde 7,3 millions d’euros de « mesures d’accompagnement » (dix-huit mois de loyer) pour financer les agencements intérieurs, conçus avec le personnel. « Enfin, la rénovation de la tour Altaïs boucle les travaux du centre de Montreuil. Nous sommes assurés que cette tour sera refaite dans trente-deux mois, valorisant notre centre-ville qui sera entièrement terminé », ajoute l’élu.

Deux bâtiments liés de 18 et 27 étages.

Ancien « Rond-Point 93 », la tour Altaïs (1973), réalisée par l’architecte Claude Le Goas, ancien urbaniste de la ville, est formée de deux bâtiments de hauteur différente (18 et 27 étages) liés par un noyau commun. Objectif du chantier actuel : réaliser une restructuration entière pour hisser cette tour de bureaux à des niveaux de certifications environnementales performants (HQE, Leed & Breeam). « Nous allons procéder au retrait de la façade et des poteaux architectoniques apparents pour mettre en place une nouvelle façade dite double peau, plus transparente et respirante que celle actuellement en place », explique Benoît Vernerey, gérant de la SNC Montreuil Altaïs, propriétaire, qui a confié ce projet à l’agence d’architecture Landscale. Cette restructuration couvre 90 % du bâtiment : n’est conservé que le « squelette » actuel de la tour (planchers et noyau central). Tous les lots architecturaux seront renouvelés. Deux niveaux supplémentaires seront créés sur la partie haute du bâtiment (29 étages au total). Le projet va développer 37 900 m² SUB (surface utile brute) pour une hauteur de 79 m environ.

Le chantier est réalisé en trois phases. Phase 1 : curage et dépose des éléments sans toucher à la structure de la tour. Déjà débutée, cette phase devrait s’achever fin mai-début juin 2016. Menée simultanément, la phase 2 permettra de finaliser la conception du projet travaux au début du premier trimestre 2016 et de lancer les appels d’offres. La phase 3, comportant les travaux de restructuration lourde, devrait durer vingt-quatre mois et s’achever avant l’été 2018. Le budget du chantier, actuellement non chiffré, est de plusieurs dizaines de millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X