Territoires

Montpellier Une école conçue comme un jeu de cubes

Avec son grand volume bicolore, posé en équilibre sur deux appuis dont l’un semble de guingois, le groupe scolaire André-Malraux, inauguré le 1er septembre à Montpellier, évoque un jeu de construction pour enfants. Cette complexité formelle donne au bâtiment son statut d’édifice public. Elle vise aussi à produire des espaces à la fois divers et aisément identifiables. « J’ai cherché à faire un bâtiment où la notion de répétition serait presque absente », explique son concepteur, Dominique Coulon. De fait, les circulations s’évasent ou se rétrécissent, débouchant sur des patios ou des transparences. Les classes disposent toutes d’une paroi vitrée et souvent d’une double exposition. Une partie de celles du primaire ouvre sur la vaste terrasse du premier étage, qui sert de cour et de terrain de sport. L’architecte a également mis à profit la position en hauteur de l’établissement, face au parc public Georges- Charpak [parc de 10 ha, dont 4 ha déjà aménagés, conçu par Michel Desvigne], pour multiplier les vues sur l’extérieur.

Bâtiment à énergie positive.Complexe à réaliser sur le plan structurel, le bâtiment devait aussi être suffisamment performant sur le plan thermique pour atteindre le niveau Bepos (bâtiment à énergie positive) exigé par la ville. Un objectif que la dilatation des espaces et la multiplication des surfaces vitrées rendaient difficile à atteindre. Le résultat a été obtenu grâce à une forte isolation, des parois lourdes et un soin particulier apporté à la mise en œuvre. « Il y a eu treize rapports de contrôle et trois tests in situ pour vérifier l’étanchéité à l’air, souligne Mohamed Bensakel, responsable d’opération pour la Ville. Résultat, il y a un vrai équilibre entre l’audace architecturale, la qualité des espaces et le confort thermique. »
Autre exploit : le bâtiment a dû être construit en quatorze mois, dont trois consacrés aux fondations profondes, le sol étant constitué d’argiles gonflantes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Montpellier. Architecte : Dominique Coulon (Strasbourg). BET : Batiserf Ingénierie (structure). Entreprise : BEC Construction (macrolot clos/couvert/photovoltaïque). Surface de plan – cher : 3 400 m 2 . Coût des travaux : 11,3 millions d’euros TTC

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X