Territoires

Montpellier Un nouveau siège et un nouveau marché pour Helenis

Le futur siège du promoteur montpelliérain Helenis sera signé Rudy Ricciotti. D’une surface de 4 400 m2 (dont 800 m2 pour Helenis), il sera construit en bordure de l’avenue de la Mer, à Lattes, au sud de Montpellier. « J’ai choisi Rudy Ricciotti parce que je suis tombé sous le charme du Mucem, à Marseille, et parce qu’il est un architecte de la Méditerranée, explique Thierry Aznar, président d’Helenis. Il a eu carte blanche : je lui ai donné une surface et un budget, et je lui ai demandé de faire quelque chose de remarquable. » L’opération s’inscrira dans le cadre de la requalification de l’avenue de la Mer, dont elle sera l’une des premières manifestations. Le bâtiment, organisé en U, sera habillé d’un écran brise-soleil constitué de fines lames de BFUP (béton fibré ultraperformant), disposées horizontalement, et dont les bords dentelés créeront des effets d’ombre et lumière.

Cap sur l’immobilier de bureau.

Cette opération permettra au promoteur montpelliérain de regrouper ses équipes sur un site unique. Elle marque aussi son arrivée sur le marché du bureau. La société Helenis, créée il y a dix ans par l’aménageur GGL Groupe (75 % du capital) et par Thierry Aznar (25 %), se cantonnait jusqu’ici dans l’activité résidentielle. « Nous ne faisons pas du bureau pour faire du bureau, précise le président d’Helenis. Nos programmes tertiaires accompagneront notre offre résidentielle. Nous prenons en compte les changements sociologiques à l’œuvre, qui tendent à estomper la frontière entre lieux de résidence et lieux de travail. »

Helenis avait déjà amorcé une diversification fin 2014 en créant, avec le groupe Ametis, spécialisé dans la vente en bloc de programmes sociaux, la société Ideom, orientée vers la production de logements à prix abordables. Le promoteur envisage de se diversifier également sur le plan géographique. « Nous regardons les opportunités qui pourraient se présenter à Lyon et à Bordeaux », indique Thierry Aznar. Helenis produit environ 450 logements par an, auxquels s’ajouteront désormais 5 000 m2 de bureaux par an.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X