Territoires

Montpellier Le lycée du bâtiment s’ouvre sur la ville

Mots clés : Education - ERP sans hébergement

La région Languedoc-Roussillon s’apprête à engager la deuxième phase de la restructuration du lycée Léonard-de-Vinci, le lycée de l’écoconstruction et du bâtiment de l’Hérault, à Montpellier. Cette opération de 31 millions d’euros, confiée à l’agence Hellin-Sebbag Architectes, vise à reconstruire ou à réhabiliter des bâtiments devenus obsolètes. Elle a également pour objectif de revaloriser l’image de ce lycée situé dans le quartier populaire de La Paillade.

La première tranche, livrée fin 2013, a permis d’ouvrir l’établissement sur la ville en le dotant d’une entrée monumentale. Face au très monolithique et très minéral bâtiment Pierresvives, conçu par Zaha Hadid, les architectes Brigitte Hellin et Hilda Sebbag ont déployé une ample façade métallique, aérée et colorée.

Une façade rouge doublée d’une résille métal.

Ce « bâtiment signal » associe deux volumes distincts. Le premier, dédié à l’enseignement, est un corps compact en R + 2, aligné sur la trame nord-sud qui règle les grands ensembles voisins. Le deuxième, consacré à l’administration, est un bâtiment triangulaire sur pilotis en structure métallique, dont la façade incurvée vient s’aligner sur la diagonale de la rue du Professeur-Blayac qui dessert le lycée. Cette façade, habillée de rouge, est doublée par une résille en métal déployé. Les deux volumes sont unifiés par une vaste ombrière métallique translucide, qui protège le bâtiment de l’administration et se prolonge à l’est pour amorcer une allée nord-sud qui constituera la colonne vertébrale du lycée reconfiguré.
Les deux architectes ont également tracé le premier côté d’une place centrale plantée, autour de laquelle seront implantées trois nouvelles constructions : le centre de documentation et d’information (CDI), le deuxième bâtiment d’enseignement et l’internat. La deuxième tranche comprendra également la réhabilitation des locaux d’enseignement technique et la création d’un plateau sportif, aujourd’hui manquant. Les travaux débuteront en septembre 2015 pour s’achever en septembre 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X