Territoires

Montpellier Chantier à grande vitesse pour la gare LGV

Mots clés : Gares, aéroports - Transport ferroviaire

Boucler en quatre mois et demi un chantier prévu pour durer neuf mois. Tel est le défi qu’a eu à relever le constructeur de la gare TGV de Montpellier pour édifier la dalle-pont qui supportera la future halle de voyageurs. L’ouvrage, qui enjambe la future LGV, a été remis le 5 avril au groupement Oc’Via, chargé de construire la nouvelle ligne. Pour livrer ce socle dans le délai imparti, l’entreprise Fondeville et la maîtrise d’œuvre ont dû modifier in extremis le principe constructif. Les éléments structurels qui devaient initialement être coulés en place ont été remplacés par des éléments préfabriqués. « Nous avons mis un mois à recalculer l’ouvrage avec l’équipe de Marc Mimram », explique Marc Larruy, directeur technique de Fondeville. Les poutres principales, d’un poids de 80 tonnes, ont chacune été découpées en deux morceaux. Le talon a été préfabriqué sur site, tandis que la partie supérieure a été coulée en place.

Couverture en BFUP.

Ces poutres reposent sur des poteaux béton de 21 m3, coulés en place au rythme d’une unité par jour grâce à un coffrage monolithe conçu pour l’opération. Elles supportent 240 poutres secondaires de 20 à 25 tonnes chacune, préfabriquées sur site. « Nous avons cumulé 35 000 heures de travail et coulé 11 000 m3 de béton en quatre mois et demi », souligne Georges Chammas, directeur de projet.

Un nouveau défi, technique celui-là, attend le groupement constructeur : le montage de la couverture. Cet ouvrage, tout en plissements et ondulations, sera formé de 115 « palmes » en béton fibré ultra-performant (BFUP), percées d’ouvertures dont la densité variera avec l’orientation. « C’est un grand parapluie qui filtrera la lumière », explique l’architecte Marc Mimram. L’ouvrage, soutenu par une charpente métallique, a fait l’objet d’un dossier d’appréciation technique d’expérimentation (Atex). La pose devrait débuter en septembre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Donneur d’ordre : SNCF Réseau. Groupement constructeur : Icade (maître d’ouvrage), Marc Mimram (maître d’œuvre architecte), Fondeville (mandataire). Cotraitants : Gagne, Ineo, Axima. Coût : 42 millions d’euros TTC. Mise en service : décembre 2017.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X