Régions Allier

Montluçon se redessine autour du Cher

Mots clés : Artisanat

60 % des entreprises artisanales du bâtiment de la région ont vu leur trésorerie et leur CA s’améliorer au 3e trimestre.

800 M€ d’investissements sont inscrits au budget de la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2017.DOB Région.

235 M€ Montant des crédits de paiement d’investissement du syndicat de transports Sytral pour 2017. DOB Sytral.

En février dernier, la Ville de Montluçon a lancé un appel à candidatures pour sélectionner trois équipes d’urbanistes afin qu’elles présentent, à travers un dialogue compétitif, un projet urbain intégré. Au final, l’Atelier Grether et Urbaplan/ Marcos Weil ont été écartés au profit de l’architecte- urbaniste Joan Busquets (Grand Prix spécial d’urbanisme en France en 2011) et du paysagiste Michel Desvigne. Tous deux ont déjà travaillé ensemble à Toulouse.

« Ce qui a fait la différence ? Le pragmatisme dans les réponses apportées au cahier des charges, insiste le maire Daniel Dugléry. Joan Busquets a vraiment fait l’effort de comprendre notre ville. Il connaissait toutes les subtilités du bassin et s’en est imprégné. Ensuite, ses éléments de réflexion vont au-delà de la ville-centre, avec une volonté de traiter les zones périurbaine et rurale. Celles-ci n’existeraient pas sans la présence de villes moyennes. La métropolisation ne doit pas l’oublier. » Rappelons que cette ville de près de 40 000 habitants est la deuxième d’Auvergne derrière Clermont-Ferrand.

Penser l’avenir du territoire.

La mission de Joan Busquets et Michel Desvigne est de concevoir les espaces publics du cœur d’agglomération, et plus largement, de penser l’avenir du territoire, v i a l’élaboration d’un schéma directeur urbain. L’équipe a en effet été désignée comme urbaniste en chef de la ville durant quatre années renouvelables. Au cœur de cet ambitieux projet, l’aménagement des berges du Cher, dont les lauréats assureront la maîtrise d’œuvre opérationnelle. Le défi est de taille : il s’agit en effet de faire de la rivière un « trait d’union » entre les deux rives qui, jusqu’à présent, se tournaient le dos. D’un côté, la vieille cité médiévale, touristique et historique ; de l’autre, la ville moderne, née avec l’ère industrielle, mais qui s’est développée de manière « non canalisée ».

Cette transformation passera par la création de promenades sur les berges, de jardins thématiques et de gradins démontables. Reconnus d’intérêt régional par l’Anru, les quartiers Pierre-Leroux et La Verrerie seront également « raccrochés » à la ville et rénovés. Un autre enjeu est celui de la mobilité et des déplacements, avec la création d’un nouveau pôle intermodal. Le budget global du projet est de 15 millions d’euros sur quatre ans. Les travaux pourraient débuter à la fin du premier semestre 2017. La Ville espère une livraison des principaux aménagements en 2020.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X