Territoires

Montauban Le musée Ingres bascule dans le XXIe siècle

Mots clés : Musées - galerie

Marqueur identitaire de Montauban (Tarn-et-Garonne), le musée Ingres va connaître un nouveau visage, après un programme de rénovation de grande ampleur inscrit dans le contrat de plan Etat-région. Conduit sous maîtrise d’ouvrage de la Ville, il fera l’objet de toutes les attentions. Ancien palais épiscopal construit au XVIIe siècle sur les fondations d’un fort médiéval, le monument historique abrite les œuvres de deux enfants du pays : le peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres et le sculpteur Antoine Bourdelle. Un des objectifs est justement de montrer dans de meilleures conditions les dessins du peintre. Pour cela, l’agence parisienne Bachnguyen Architecture (mandataire) et le scénographe ont imaginé un cabinet d’art graphique et des meubles à tiroirs verticaux. « Mais il s’agit aussi d’en faire un musée moderne et accessible faisant la part belle aux nouvelles technologiques et offrant de nouveaux services aux visiteurs : salon de thé, boutique, librairie… », rappelle Brigitte Barèges, maire de Montauban.

Deux noyaux.

A partir de ce cahier des charges, la maîtrise d’œuvre propose de créer deux noyaux verticaux pour une fluidité du parcours, de rétablir le deuxième étage du corps central et, enfin, d’installer dans la cour deux pavillons d’accueil. « Notre parti s’appuie sur la distribution d’origine. Le second noyau créé dans la tour Est permet, par exemple, de faire un parcours sans allers-retours dans les salles, précise l’architecte Bach Nguyen. Quant aux deux pavillons destinés à accueillir la billetterie et les expositions temporaires, ce sont deux structures légères Inox et verre d’une trentaine de mètres carrés pour une accroche délicate par rapport au mur de clôture. ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Montauban. Maîtrise d’œuvre : Bachnguyen architecture, Atelier Cairn (architecte en chef des Monuments historiques), Arc-en-Scène (scénographe), Studio DAP (acoustique), Cosil (éclairage), Yan Stive (signalétique), Choulet (BET fluides) ; Brizot-Masse Ingénierie (BET structures), Léopold Abecassis (économie de la construction). SU : 3 576 m2. Coût travaux : 7,9 millions d’euros HT. Consultation des entreprises : automne 2016. Début des travaux sur 24 mois : fin du 1er trimestre 2017.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X