Territoires

Midi-Pyrénées Auch valorise son cœur de ville

«Auch connaît une véritable mutation. Nous souhaitons conserver cette dimension de “ ville à la campagne qui fonde une réelle qualité de vie, tout en assumant un nécessaire développement. » Pour Franck Montaugé, sénateur-maire d’Auch du chef-lieu du département du Gers, et président de la communauté d’agglomération du Grand Auch (15 communes, 29 577 hab. en 2009), l’enjeu est clair : profiter pleinement de la dynamique de la métropole toulousaine sans se laisser absorber par celle-ci.

Désenclavement en priorité.

L’un des premiers éléments à prendre en compte dans cette perspective concerne le désenclavement. La priorité est donnée à l’achèvement de la mise à 2×2 voies de la N124 qui doit mettre d’ici à 2020 le chef-lieu gersois à moins d’une heure de Toulouse. Autres travaux d’infrastructures essentiels : l’aménagement de la N21 Limoges-Tarbes, ainsi que le contournement sud de la ville, investissement estimé à 40 millions d’euros dont 10 millions pour un premier tronçon au droit de Pavie. Une opération réalisée sous maîtrise d’ouvrage du département, que le maire espère voir démarrer dans le courant de son mandat. Autre atout en matière de désenclavement, la mise en œuvre du très haut débit, d’ici à 2017, par le syndicat mixte Gers numérique avec un investissement estimé à 92 millions d’euros.

La qualité de vie passe aussi, explique Franck Montaugé, par la mise en valeur du patrimoine bâti et la requalification des espaces publics. 36 sites remarquables sont ainsi concernés dans le cadre du projet « Cœur de ville », désormais classé Avap (Aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine), avec des interventions susceptibles de s’étendre sur une durée de dix à quinze ans. Après la fin de l’aménagement de l’escalier monumental, reliant la ville haute aux berges du Gers, et de la place de la Libération, les premiers travaux concerneront, dès 2016, la place de la République, le parvis de la cathédrale, et les rues de l’hyper-centre, bordées de maisons des XVIIe et XVIIIe siècles. Les chantiers en cours, restauration de la cathédrale Sainte-Marie et création d’un musée d’art sacré sous maîtrise d’ouvrage de la direction régionale des affaires culturelles de Midi-Pyrénées (architecte en chef des bâtiments historiques : Stéphane Thouin), participent à cette mise en valeur.
En matière d’urbanisme, le « Carré des Dragons » est l’autre opération d’envergure sur le territoire. Portée par le promoteur privé Sylvie Cauley sur le site de l’ancienne caserne Espagne, réhabilitée pour l’occasion, elle consiste à créer d’ici à 2017 une cinquantaine de logements, un petit hôtel, une résidence étudiante et 23 lots commerciaux. Un véritable nouveau quartier sera ainsi créé à proximité du centre-ville.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

100 millions d’euros pour la requalification du quartier prioritaire Grand Garros

Le 7 mai, le contrat de ville d’Auch était signé en présence de Myriam El Khomri, secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville. Son objet : la requalification du quartier du Grand Garros, quartier d’habitat social retenu parmi les 200 quartiers prioritaires éligibles au NPRU (nouveau programme national de renouvellement urbain). Un ensemble d’actions doit ainsi être engagé autour de quatre thématiques : habitat, cadre de vie, emploi et développement économique et cohésion sociale. Les premières opérations de démolition-reconstruction ou rénovation de cet ensemble de 1 200 logements gérés par l’OPH du Gers, pour l’essentiel, et par la SA Gasconne de HLM devraient être lancées début 2016. Le montant total des interventions est estimé à 100 millions d’euros, sur une durée, au-delà du contrat de ville, de dix à vingt ans.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X