Territoires Lens

Michel Beauvais concevra l’hôpital du XXIe siècle

Mots clés : Établissements de soins

L’agence d’architecture Michel Beauvais Associés (MBA) assurera la maîtrise d’œuvre du futur hôpital de Lens (600 lits). MBA, qui était en concurrence avec Art & Build, Brunet Saunier Architecture et Nickl & Partner, est mandataire d’un groupement composé de Setec (ingénierie, exploitation, maintenance), Fabrice Bougon (économie de la construction), Oasiis (expert HQE et développement durable) et Hors-Champ (urbanisme et paysage). L’Etat financera à hauteur de 102 millions d’euros ce projet d’un coût global de 280 millions d’euros. Le permis de construire devrait être déposé avant la fin de l’année 2016, pour une consultation des entreprises au premier semestre 2017. Les travaux s’étireront jusqu’en 2020.

Plateaux techniques de plus en plus sophistiqués.

« Au- delà de son échelle, ce projet est particulièrement intéressant car il est d’une très grande ambition en termes de développement durable et de numérique », souligne le lauréat. Comme le futur hôpital de Nantes, celui de Lens sera, en effet, construit dans une démarche à 100 % numérique (conception, construction, mise en œuvre). « Le numérique change la structure de l’organisation, et par là même l’architecture, explique Michel Beauvais. La gestion des données ne nécessite plus certains espaces dédiés. Nous allons vers des plateaux techniques de plus en plus sophistiqués, sans que cela change quoi que ce soit à la perception du patient. »

Celui-ci pourra, toutefois, être orienté en amont. Par conséquent, le vaste hall d’accueil – un espace de rencontre dans lequel pourront même être organisées des manifestations culturelles – ne canalisera pas toutes les arrivées. Le projet prévoit notamment, le long de la façade sud de l’hôpital, face aux quelque 2 000 places de parking, une série d’entrées, auxquelles les malades pourront accéder directement. « On retrouvera ainsi l’esprit pavillonnaire, avec une échelle humaine », souligne l’architecte. Malgré le gigantisme de ce projet, qui s’étendra sur un peu plus de 70 000 m2 de surface de plancher, et la complexité des flux, Michel Beauvais dit avoir « essayé de casser le sentiment de compacité, le côté inhumain d’un monobloc aussi vaste, en le dotant d’une quinzaine de patios, qui apportent de la lumière naturelle partout et donnent un côté aéré. »

Troisième révolution industrielle.

L’hôpital regroupera trois pôles (mère-enfant, chirurgie et médecine), avec une particularité : « Nous aurons un développement très important de la chirurgie ambulatoire, un des marqueurs du projet. La durée moyenne de séjour ne dépassera pas trois jours », indique Laurent Zaderatzky, directeur adjoint de l’hôpital de Lens, chargé des ressources physiques, qui pilote la maîtrise d’ouvrage. Ce dernier a longuement dialogué avec l’équipe en charge du master plan Rifkin dans la région Nord-Pas-de-Calais, afin d’inscrire le nouvel hôpital de Lens dans la logique de la troisième révolution industrielle (« rev3 ») : « Cela nous a permis de bien faire la synthèse entre le développement durable et l’hôpital numérique. Dans les réponses, nous avons constaté qu’il y avait des propositions innovantes qui se basaient sur notre démarche, et qui allaient même au-delà. Nous allons maintenant finaliser les choix. » Pour développer l’emploi de matériaux recyclables dans l’enveloppe, Michel Beauvais souhaite, par exemple, mettre en œuvre des isolants thermiques issus de la récupération textile.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X