Marketing-Achat

Menuiserie et fermeture Les enjeux énergétiques modifient le paysage de la baie

Mots clés : Distribution - Energie renouvelable - Information - communication - événementiel - Marché de lénergie - Produits et matériaux - Second oeuvre

Plusieurs changements sont intervenus dans le paysage institutionnel des industries de la menuiserie et des fermetures depuis Batimat 2007. Les industriels de la menuiserie bois ont rejoint les fabricants de fenêtre PVC, pour former l’UFME (Union des fabricants de menuiseries extérieures). Un an plus tard, les professionnels de la menuiserie aluminium du SNFA se sont rapprochés de quatre syndicats adhérents de la FFB intervenant dans le domaine des fenêtres, fermetures, vitrages et protection solaire pour constituer un « pôle fenêtre ». Le poids économique du secteur est considérable. Suivant les enquêtes du ministère de l’industrie, les portes et fenêtres sont le deuxième poste de dépense du second œuvre (après l’appareillage électrique) avec un peu plus 4 750 millions d’euros facturés.

La fenêtre devient capteur d’énergie

Sur le plan thermique, la fenêtre a longtemps été perçue comme une source de déperditions. Aujourd’hui – de plus en plus performante sur le plan isolation – on la considère au contraire, comme un capteur d’apports gratuits de chaleur et de lumière.

Suivant l’enquête Batiétude 2009, ce marché de la fenêtre s’est stabilisé à 12 millions d’unités en 2008, marquant une très légère baisse de 1,1 %. Ce qui met fin à la phase d’expansion dont bénéficiait ce marché (entre 4 et 8 % de croissance annuelle depuis 2000). Il a continué l’an dernier à fortement progresser en valeur ( 20 %). Le PVC domine toujours (63,3 % de part de marché en nombre d’unités) mais perd deux points de part de marché, le bois recule encore : 13,7 % de part de marché contre près de 20 % en 2000. Seul, l’aluminium continue à progresser de 9 % en nombre d’unités. Sa part sur le marché de la fenêtre s’élève à 21 % (en nombre de fenêtres) et même à 34 % (en chiffre d’affaires). La fenêtre mixte représente 3 % du marché, la fenêtre acier est rare (0,2 %) mais elle suscite de l’intérêt pour son esthétique « belle époque ».

Des performances renforcées

Ce marché tend vers des produits de plus en plus haut de gamme. Ainsi,...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 321 du 01/11/2009
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X